Etonnement : Lettre de Jacques Vecker sur la musique à Auschwitz

Moderator: Moderator

User avatar
phdnm
Valuable asset
Valuable asset
Posts: 2035
Joined: Tue Jun 05, 2012 12:11 pm

Etonnement : Lettre de Jacques Vecker sur la musique à Auschwitz

Postby phdnm » 1 month 1 week ago (Mon Mar 13, 2017 5:10 am)

Etonnement


12 mars 2017

D'un côté, notre compassion est constamment sollicitée pour les victimes des camps de concentration appelés improprement "camps de la mort" et l'on nourrit une haine inextinguible à l'égard de leurs prétendus bourreaux, de l'autre, l'on nous rapporte dans une émission de télévision intitulée "Pour que vive la musique des camps" (le 7 février 2017 sur France 2) que plus de 10.000 oeuvres furent composées dans ces lieux de tourment rassemblant des partisans, assimilés à des terroristes, des hors-la-loi, des asociaux (un pacifiste comme un témoins de Jéhovah était considéré comme un asocial puisque se soustrayant à la loi de l'impôt du sang) ainsi que des suspects d'atteinte à la sécurité nationale.

Il est aujourd'hui de notoriété publique que des prisonniers furent libérés, que les mauvais traitements à leur encontre étaient sévèrement sanctionnés (des condamnations à mort furent prononcées par les tribunaux SS et exécutées). Si l'on nous dit en outre que "des symphonies, des opéras, du swing, des choeurs religieux, des chansons folk et de la musique tzigane" furent composés durant l'internement, nous sommes en droit de nous demander comment ces malheureux esclaves, maltraités, sous-alimentés, trouvèrent la force, le calme, le loisir, l'envie, le papier et l'encre et souvent l'instrument de musique pour aligner d'innombrables notes sur des portées !

Ce ne fut pas un être d'exception, doué d'une résistance et d'un génie exceptionnels qui réalisa ce miracle. Ils furent légion et, ne l'oublions pas, "dans l'antichambre de l'enfer", nous dit-on. Nous apprenons que plus de 10.000 oeuvres virent le jour et parvinrent jusqu'à nous. Nous apprîmes aussi par ailleurs que des musiciens avaient la possibilité de pratiquer leur art et l'on évoque, dans le documentaire de France 2, Alice, pianiste qui "réussit à survivre à l'horreur grâce aux concerts donnés pour ses compagnons de misère".

Quand on sait le travail, l'équilibre, la santé qu'il faut pour être à même de donner un concert, on est en droit de nouveau de se demander comment ces "morts vivants", ces "loques humaines" épuisées par le travail et les coups, dit-on, étaient en mesure de réaliser ces prodiges. Le fait pour des musiciens de pouvoir donner des concerts le dimanche à Auschwitz (cela fait plus d'un demi-siècle que circule l'information mêlée aux récits propres à susciter l'effroi) ne devrait-il pas, à tout le moins, nous amener à nous poser la question : "Peut-on, à bout de forces, sans répétitions, interpréter une symphonie de Beethoven à la satisfaction d'un auditoire composé non seulement de prisonniers mais des militaires fréquemment mélomanes ?" Le paradoxe ne sauta aux yeux de personne durant des décennies, sinon aux miens aujourd'hui, si l'on admet que la musique puisse sauter aux yeux !

Auschwitz n'était certes pas un camp de vacances mais un camp de travail où transitèrent de nombreux adversaires du Reich. La guerre faisait rage et l'ennemi ne faisait pas de quartier, écrasant sans pitié sous les bombes les populations civiles et provoquant de dures représailles et il était encore possible en de tels lieux de composer de la musique ! Etonnant, non ?

Jacques Vecker
"Libre Expression"
Vaugran
30480 St Paul-la-Coste



avatar
Arsènelupin
Member
Member
Posts: 81
Joined: Fri Nov 21, 2008 2:21 pm

Re: Etonnement : Lettre de Jacques Vecker sur la musique à Auschwitz

Postby Arsènelupin » 1 month 1 week ago (Tue Mar 14, 2017 10:35 am)

Merci pour ces réflexions pertinentes, argumentées de références certes impressionnantes. Voilà des camps où sans doute des artistes n'évoluaient pas de "Zéniths" illuminés en salons d'embarquement VIP, mais ne devaient pas ramper jour et nuit sous le fouet.
Qui ne partagerait votre étonnement, mais on a déjà pu vérifier le pouvoir hypnotique qu'exerce sur l'esprit critique la propagande de sidération. Exhumez maints détails, parfois anodins, attestant les aspects ordinaires de la vie concentrationnaire. Des captifs ont joué, voire composé de la musique. Ils ont donné des spectacles théâtraux costumés, fabriqué pour ceux-ci des décors, mais encore participé à des compétitions sportives, etc.
Pour le moins, direz-vous, ce sont là des faits qui, sans contredire absolument qu'en ces lieux on aurait aussi torturé ou massacré, ne confirment en tout cas pas cette horreur. Eh bien, ce n'est pas ainsi que réagi le discours convenu. Comme il est posé, en un rituel, que la déportation ne doit déclencher qu'une sorte de propos, aux formules obligatoires ("horreur", "génocide", etc), on vous expliquera que tous ces menus faits confirment l'horreur, comme l'exception confirme la règle, et qu'ils démontrent encore plus la perversité des bourreaux.
"Arsenic et vieilles dentelles", l'effet est connu.


Return to “Forum Révisionniste en Français”

Who is online

Users browsing this forum: No registered users and 1 guest