Vincent Reynouard : un "Holocauste" impossible

Moderator: Moderator

User avatar
phdnm
Valuable asset
Valuable asset
Posts: 3886
Joined: Tue Jun 05, 2012 12:11 pm

Re: Vincent Reynouard : un "Holocauste" impossible

Postby phdnm » 2 months 5 days ago (Sat May 22, 2021 7:07 am)

Comment Dachau fournit l'archétype de la “chambre à gaz homicide nazie”


L’origine du duo «six millions-chambre à gaz» (ép.6)

Dans cet épisode, Vincent Reynouard démasque les tromperies dont se sont rendus coupables les Américains afin de fabriquer leur « chambre à gaz » à Dachau et, ainsi, d’accréditer le mythe des « six-millions-chambres-à-gaz ».

Plan de l’exposé

L’ineptie flagrante de la thèse officielle
La tentative désespérée d’Henry Mazal pour sauver la thèse officielle
Une salle de douche aménagée en chambre à gaz expérimentale temporaire
Les Américains ont trafiqué les lieux

https://blogue-sc.com/2021/05/comment-d ... cide-nazie

User avatar
phdnm
Valuable asset
Valuable asset
Posts: 3886
Joined: Tue Jun 05, 2012 12:11 pm

Re: Vincent Reynouard : un "Holocauste" impossible

Postby phdnm » 2 months 2 days ago (Tue May 25, 2021 12:41 pm)

L’origine du duo «six millions-chambre à gaz» (ép.7)


Shoah : un mensonge allié qui a permis la victoire du sionisme

Dernier épisode et conclusion. V. Reynouard explique comment, en 1945-1946, les Alliés ont accrédité, pour leur propre compte, le bobard soviétique des « chambres à gaz ». Ils ont odieusement torturé des Allemands pour qu’ils signent les confessions qu’on exigeait d’eux.
Mais les vainqueurs se sont alors trouvés piégés par les sionistes qui ont saisi l’occasion pour exiger et obtenir, au nom des « 6 millions d’exterminés », l’État d’Israël…

Plan de l’épisode

VII. « Chambres à gaz » : une histoire fondée entièrement sur des faux témoignages et des « aveux » extorqués

Septembre 1945 : le principal témoin au premier procès d'Auschwitz était un faux témoin notoire
Mars 1946 : les vainqueurs extorquent des « aveux » au premier commandant du camp d'Auschwitz
Des Allemands torturés pour qu'ils « avouent »
Des pressions psychologiques pour extorquer d’autres « aveux » et la complicité des accusés

Conclusion

https://blogue-sc.com/2021/05/un-menson ... u-sionisme

User avatar
phdnm
Valuable asset
Valuable asset
Posts: 3886
Joined: Tue Jun 05, 2012 12:11 pm

Re: Vincent Reynouard : un "Holocauste" impossible

Postby phdnm » 1 month 3 weeks ago (Sun May 30, 2021 3:52 am)

Une exposition qui dévoilait les enjeux de la guerre

Il y a 80 ans la presse française annonçait l’ouverture de l’exposition « La France européenne ». L’organisateur la présenta ainsi :

« A la France vaincue et encore meurtrie le vainqueur permet (...) de reprendre conscience d’elle même, de s’affirmer, de prouver sa volonté de revivre. (...)

Jamais le monde n'avait vu une initiative de cette nature (...) encouragée, approuvée, par un ancien adversaire dont la maturité et le sens profond des responsabilités ont dominé déjà les formes élémentaires du triomphe, consacrées par l'antique barbarie des luttes ancestrales.

Oui, cette exposition est, d'abord et avant tout, un acte de foi et d'espérance dans la France. Le sens profond et si sûr de notre peuple ne s'y est pas trompé. Le plus humble des ouvriers qui ont contribué à la réalisation de cette œuvre l'a compris. Car ils ont fait merveille. Ces travailleurs (...) qui ont rejoint (...) les traditions les plus nobles de notre vieille France laborieuse, si fière de l'effort honnête et consciencieux.

Pareil effort ne saurait s'expliquer sans un élan de l'âme: c'est celui qui naît de l'amour purifié de la patrie.

La France, est-il besoin de le répéter, la France restera toujours la France. Mais elle va devenir européenne, pour le bien de ses fils, pour le bien et la paix de ses voisins, pour la prospérité générale de tout le continent. (...) Vous verrez l'Europe de 1939, cloisonnée, hérissée de murailles, coupée en bastions, en fortins étouffant sous l'acier et le béton, en proie aux pires déséquilibres économiques, à la misère. C'était hier. En face de cet hier se dresse déjà le radieux demain. Les barrières mortelles sont tombées, les canaux, les voies ferrées, les autoroutes se multiplient, portant, d'un bout à l'autre de notre vieille Europe, les produits du travail des hommes.

Nous avons voulu que cette exposition fût un acte de foi. Nous veillerons à ce qu'elle soit une manifestation de vie créatrice, donc à ce qu'elle se renouvelle sans cesse car, au rebours de celles qui l'ont précédée, elle n'est pas un bilan, l'aboutissement d'une politique ou d'une économie. L'exposition de la France européenne est un début, un point de départ, une promesse qui se développera sous des formes sans cesse modifiées par le dynamisme d'une époque rajeunie dans l'épreuve. Le président Laval l'a dit aux Américains: "Cette guerre n'est pas une guerre comme les autres : c'est une révolution d'où doit sortir une Europe rajeunie, réorganisée et prospère."

Nous nous rallions à cet optimisme de raison. La France vivra, elle sera européenne. Et déjà se dissipent les dernières ténèbres de la nuit.»

Oui, vraiment, cette guerre était l’opportunité qu’il fallait saisir. Voilà pourquoi si j’avais vécu à l’époque, j’aurais prôné une alliance totale, économique et militaire, de la France avec le IIIe Reich. Pour le bien d'une Europe unie sous l'étendard du national-socialisme, donc pour le plus grand bien de la France.

Image

User avatar
phdnm
Valuable asset
Valuable asset
Posts: 3886
Joined: Tue Jun 05, 2012 12:11 pm

Re: Vincent Reynouard : un "Holocauste" impossible

Postby phdnm » 1 month 3 weeks ago (Mon May 31, 2021 12:46 am)

Agir aujourd’hui, sans peur du lendemain


Suite à l'arrestation de Rémy Daillet et conscient des menaces qui pèsent sur ma personne, un aimable Internaute m’écrit : «Vincent.. ne jouez pas au martyr, vous savez que ça va se produire. S'il vous plaît, nous vous en prions, quittez l'Angleterre, pour un pays de l'est par exemple. (…) Trouvez un endroit sûr. Vous nous seriez bien plus "utile", et on nous serions bien plus heureux de vous savoir toujours libre

Des messages de ce genre, j’en reçois beaucoup. Je remercie chaudement ceux qui me les envoient.

Mais croyez-moi, je ne «joue pas» au martyr. Si j’avais voulu y jouer, alors je n’aurais pas fui la France en 2015 ; j’aurais attendu que la Police vienne me chercher et qu’on me jette en prison pour y purger la peine à laquelle je venais d’être condamné*. Ou m’étant exilé, j’aurais tenté de rentrer en France en 2019, pour assister à l’inhumation de mon père. Arrêté, j’aurais alors crié : «Ils ont profité de la mort de mon père!»

Non, je ne «joue pas» au martyr. Mais l’avocat britannique que j’ai consulté en 2016 me l’a dit : « Ne franchissez aucune frontière, vous seriez arrêté. N’allez même pas en Irlande, car vous courriez le même risque ».

Fuir nécessiterait de passer clandestinement la frontière et d’être conduit ailleurs, loin. Pour cela, il faut un réseau. Je n’en ai pas. Et quand bien même : partir pour où ? comment emporter avec moi ma bibliothèque (plus de 3 mille livres) ainsi que mes archives ?

N’ayant pu trouver une solution, pour l’heure, je suis bloqué ici, en Grande-Bretagne.

Dès lors que faire ? Deux possibilités : 1. Tout arrêter et me faire oublier en espérant que les autorités auront d’autres soucis (Breixit, covid, crise sociale, Moyen-Orient…) ; 2. Continuer tant que possible.

Certains me disent : « Vous avez déjà beaucoup donné. Pensez désormais à votre avenir. Quittez l’avant-scène, votre œuvre restera. » Ce n’est pas ainsi que je raisonne. Avant de penser à demain, je pense à aujourd’hui : « Que dois-je faire aujourd’hui qui sera utile à la communauté?» Penser à demain, c’est devenir le jouet de ses peurs. Or, il n’y a pas pire ennemi que soi-même.

Les dangers que l’on imagine (à tort ou à raison) grossissent et leurs conséquences (imaginées) s’aggravent. Aussi deviennent-ils des monstres terrifiants. Bref, la peur de l’avenir est ce qui paralyse le plus. Voilà pourquoi je me concentre sur aujourd’hui : aujourd’hui, je me réveille libre ; que dois-je faire pour remplir ma mission ? Je dois faire ceci. Mais demain ? Demain, on verra… aujourd’hui d’abord.

Je vous souhaite une bonne journée.

Vincent

* https://actu.fr/normandie/honfleur_14333/normandie-le-negationniste-vincent-reynouard-definitivement-condamne_727214.html

User avatar
phdnm
Valuable asset
Valuable asset
Posts: 3886
Joined: Tue Jun 05, 2012 12:11 pm

Re: Vincent Reynouard : un "Holocauste" impossible

Postby phdnm » 1 month 2 weeks ago (Wed Jun 09, 2021 11:12 am)

Oradour : exploitation politique d’un mensonge historique (ép. 1)


Dans le cadre de la réédition de son livre sur Oradour, Vincent Reynouard diffuse une série en six épisodes. Il y présente une synthèse des principaux arguments révisionnistes ainsi que des nouveaux documents issus de nouvelles recherches.

Dans ce premier épisode, vous découvrirez comment la thèse officielle a été fabriquée, au prix d’hésitations et de contradictions flagrantes. C’était entre juin et novembre 1944. L’objectif était de cacher l’explosion dans le clocher. Mais dès novembre, les fabricateurs commirent une bévue qui dévoila leur mensonge!

Plan de l’épisode :

Première partie : Oradour, mensonge historique

  • I. Une explosion dans le clocher confirmée par les constats matériels
  • 1.La fusion partielle des cloches
  • 2.La croix faîtière et sa sphère cabossée
  • 3.L’absence de suie au niveau des ouvertures

  • II. Depuis le début, les fabricateurs de la thèse officielle cachent l’explosion dans le clocher
  • 1.Le premier tract : une « caisse » qui explose
  • 2.Deuxième et troisième tracts : plus de caisse ni d’explosion
  • 3.Mme Rouffanche et thèse médiane : une « caisse » fumigène qui n’explose pas
  • 4.Une autre version circule : elle évoque une église ayant explosé
  • 5.Novembre 1944 : Mme Rouffanche opère un virage à 180 degrés, la « caisse » a explosé fortement
  • 6.La parution du livre « Dans l’Enfer d’Oradour » : une bévue qui révèle le mensonge

https://blogue-sc.com/2021/06/oradour-exploitation-politique-dun-mensonge-historique-ep-1

User avatar
phdnm
Valuable asset
Valuable asset
Posts: 3886
Joined: Tue Jun 05, 2012 12:11 pm

Re: Vincent Reynouard : un "Holocauste" impossible

Postby phdnm » 1 month 2 weeks ago (Thu Jun 10, 2021 12:46 am)

Oradour : le destin désigne les menteurs

Les autorités commémoreront aujourd'hui le 77e anniversaire du drame d'Oradour. Elles évoqueront le "devoir de Mémoire". Pour ma part, je ne connais que le devoir d'écrire l'Histoire dans un esprit de Vérité.

A Oradour, on ment. Mme Rouffanche (présentée comme l'unique rescapée de l'église) a menti. Robert Hébras (dernier rescapé encore en vie) ment encore. En élargissant la loi antirévisionniste au cas d'Oradour, les autorités françaises protègent le mensonge.

Il n'y a là rien d'étonnant. Dans un ouvrage intitulé: "Oradour, soixante ans après", les auteurs admettaient: "L'histoire est aussi l'expression d'un pouvoir. Etre maître du récit peut impliquer une domination politique suscitant un remodelage de la mémoire plus ou moins totalitaire, plus ou moins orienté" (p. 172). Voilà pourquoi nos gouvernants répriment le révisionnisme: ils savent que pour (espérer) rester au pouvoir, ils doivent rester les maîtres du récit historique.

Si aucun bouleversement ne survient, cette réalité apparaîtra encore en 2022: face à Marine Le Pen (et quoi qu'on pense d'elle), Emmanuel Macron sera réélu président. Sur son bilan? Sur l'espoir qu'il incarnerait? Pas plus que Chirac en 2002. Non, Emmanuel Macron sera réélu parce que malgré l'exclusion de Jean-Marie Le Pen, Marine reste la fille de son père, le "facho". Et malgré un changement de nom, son parti reste le successeur du Front national, le parti des "fachos". Or, "le fascisme, on sait où ça a mené". "Hitler a été élu démocratiquement". "Celui qui ignore son passé est destiné à le revivre"... Les slogans ne manquent pas, qui font appel à l'Histoire. D'où la nécessité, pour nos gouvernants, de rester les maîtres du récit historique.

Pour défendre leurs mensonges, ils déploient beaucoup d'énergie, ce qui peut parfois désespérer les combattants de la vérité. Le destin leur offre alors des signes. Oradour ne fait pas exception. Fin juin 1944, l'un des premiers tracts diffusés par les milieux communistes à propos du drame était intitulé: "Katyn Limousin - Oradour-sur-Glane". Plus bas, on lisait : "Oradour-sur-Glane est devenu Katyn".

Les rédacteurs avaient raison, mais pas dans le sens qu'ils croyaient. Ils avaient raison parce qu'à l'époque, Katyn était faussement imputé aux "nazis". Sachant qu'il en irait de même avec Oradour-sur-Glane, leur comparaison était pertinente. Tel était le signe du destin pour le futur. Cela dit, comment l'interpréter? Voici :

Il aura fallu 46 ans pour que l'URSS reconnaisse le mensonge de Katyn. Parce que le bloc soviétique allait s'effondrer et que le mensonge de Katyn était devenu inutile.

De même, le mensonge d'Oradour sera publiquement reconnu lorsque la république s'effondrera. Ce jour-là, le travail révisionniste sera pris en compte. Pour l'heure, nous semons les graines de la vérité.

A demain, donc, pour le deuxième épisode de la série : "Oradour, exploitation politique d'un mensonge historique."

Image

User avatar
phdnm
Valuable asset
Valuable asset
Posts: 3886
Joined: Tue Jun 05, 2012 12:11 pm

Re: Vincent Reynouard : un "Holocauste" impossible

Postby phdnm » 1 month 2 weeks ago (Sat Jun 12, 2021 7:14 am)

Oradour : message à une jeune gardienne de la Mémoire

La petite-fille du rescapé Robert Hébras porte sur ses épaules la Mémoire d’Oradour : défendra-t-elle l’honneur de son grand-père face au révisionniste ?

[Texte écrit du message]

Madame, vous êtes la petite-fille de Robert Hébras, rescapé du drame d’Oradour. A 96 ans, il vous a «passé le relais de la Mémoire». Vous allez «désormais devoir porter sur vos jeunes épaules le poids de la mémoire d’Oradour transmise par votre grand-père» (1).

De mon côté, je qualifie votre grand-père de menteur (2). Plus exactement, j’affirme qu’il a menti dans ses récits du drame, donc que la Mémoire qu’il vous demande de transmettre est fausse. J’ai conscience de la gravité de mon accusation.

Interrogée, vous avez déclaré que votre grand-père était l’homme de votre vie et que vous lui portiez un amour inconditionnel (1). Votre témoignage d’amour filial me touche, Madame. Cette fidélité vous honore. Voilà pourquoi je vous convie à un débat loyal, public, face-à-face. Ce sera pour vous l’occasion rêvée de défendre l’honneur de votre grand-père en même temps que la Mémoire d’Oradour.

Le public serait d’ailleurs étonné que vous décliniez mon invitation ou que la seule réponse des gardiens de la Mémoire soit une plainte en Justice. Car la vérité n’a besoin ni de s’abriter derrière le mur du silence, ni de se réfugier dans le jupes de la Justice. Elle affronte au contraire la contradiction, certaine d’en sortir affermie, donc plus forte résister au temps. Or, c’est précisément ce que souhaitent les gardiens de la Mémoire: «perpétuer les souvenirs du village martyr» (3). J’attends donc, Madame, avec bon espoir, une réponse positive à mon invitation.

1) https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/haute-vienne/commemoration-du-massacre-d-oradour-sur-glane-robert-hebras-passe-le-relais-de-la-memoire-a-sa-petite-fille-2129665.html

2) https://blogue-sc.com/2020/06/oradour-jaccuse-le-dernier-temoin

3) https://www.francebleu.fr/infos/societe/en-images-oradour-sur-glane-la-releve-se-prepare-pour-perpetuer-les-souvenirs-du-village-martyre-1623355542

https://blogue-sc.com/2021/06/oradour-m ... la-memoire

User avatar
phdnm
Valuable asset
Valuable asset
Posts: 3886
Joined: Tue Jun 05, 2012 12:11 pm

Re: Vincent Reynouard : un "Holocauste" impossible

Postby phdnm » 1 month 1 week ago (Sun Jun 13, 2021 6:16 am)

La tyrannie du « devoir de Mémoire »

2021 : lors des commémorations du drame d’Oradour, un homme un uniforme, portant un masque aux couleurs de la République, filme la scène. Cette photo résume le message des autorités : «Regarde passivement (la caméra), recueille-toi en silence (le masque bleu-blanc-rouge) et pense comme tout le monde (l’uniforme avec le béret qui couvre le crâne)». Jacques Brel chantait : «Faut vous dire, Monsieur, que ces chez gens-là, on ne pense pas… on prie !» Il dénonçait alors ces petits-bourgeois dont la religion, héritage familial, se bornait à quelques automatismes. Aujourd’hui, un Jacques Brel chanterait : «Faut vous dire, Monsieur, que dans notre république, on ne pense pas… on se souvient!» Ainsi dénoncerait-il cette nouvelle religion appelée le «devoir de Mémoire».

On m’objectera que si la Foi dérive d’une croyance, la Mémoire, elle, se fonde sur une histoire attestée par des témoins, confirmée lors de procès et vérifiée par des historiens. Je répondrai que jusqu’en 1990, un Russe aurait dit la même chose avec Katyn. Certes, nous ne sommes pas en URSS ; mais en France, la loi antirévisionniste porte le nom d’un député communiste : Jean-Claude Gayssot. Avec elle, un dissident en matière d’histoire peut être jeté en prison et contraint à l’exil. J’en suis la preuve vivante : en 2010-2011, j’ai purgé une peine d’un an de prison pour avoir diffusé une brochure révisionniste ; en 2015, j’ai été à nouveau condamné à de la prison ferme pour une vidéo révisionniste ; je me suis alors exilé. Nous ne sommes pas en URSS, mais on s’en approche.

Pour justifier cette répression, les autorités affirment que le «négationnisme» est un mensonge qui sert à véhiculer le racisme et l’antisémitisme (1). L’ennui est qu’en France, le professeur Faurisson n’a jamais pu obtenir le débat qu’il a n’a cessé de proposer. En 1979, il réclama «une preuve, une seule preuve précise de l’existence réelle d’une "chambre à gaz" (…). Cette preuve, nous l’examinerons ensemble, en public.» (2) Jamais les historiens n’ont relevé ce défi. A la place, une loi a été votée.

Voilà plus d’un siècle, la morale républicaine enseignait : «La libre discussion est d’absolue nécessité dans l’ordre des croyances qui se démontrent et qui se discutent.» (3) L’«Holocauste» et le drame d’Oradour n’étant pas des thèses « qui se démontrent et qui se discutent », il s’agit de dogmes qui fondent une religion. Un Jacques Brel aurait donc raison de chanter : « Faut vous dire, Monsieur, que dans notre république, on ne pense pas… on se souvient ! » J’accepte de me souvenir… à condition que la mémoire ne soit pas un mélange d’amnésie partielle et de falsification imposé sans discussion et protégé par la loi.

(1) : https://www.dilcrah.fr/2018/01/26/quest ... tionnisme/

(2) Voy. R. Faurisson, Mémoire en Défense (La Vieille Taupe, 1980), p. 100

(3) Voy. H. Marion, Leçons de Morale (A. Colin, 1882), p. 240.

Image

User avatar
phdnm
Valuable asset
Valuable asset
Posts: 3886
Joined: Tue Jun 05, 2012 12:11 pm

Re: Vincent Reynouard : un "Holocauste" impossible

Postby phdnm » 1 month 1 week ago (Mon Jun 14, 2021 3:30 am)

Ces voix oubliées


Il y a 80 ans jour-pour-jour, L’Œuvre publiait ce témoignage d’un parisien qui avait vécu, en juin 1940, l’entrée des Allemands dans Paris. René Guérin –c’est son nom–, notait les choses vues sur un carnet personnel. Il décrit la panique croissante de nombreux Parisiens qui, depuis le 10 juin, fuyaient de peur d’être massacrés par les «nazis».

Au 13 juin, il note: «L’exode se poursuit, de plus en plus lamentable. Des avions allemands, à faible hauteur, observent cela sans tirer, ce qui surprend beaucoup de gens.» Mais ce fait ne suffit pas pour calmer les esprits. Pendant la nuit, les Allemands pénètrent dans la capitale. Au matin : «Des commères en délire répandent les bruits les plus effrayants.» Sceptique, René Guérin part dans les rues afin de vérifier. Que voit-il ? Des Allemands qui se reposent: «Quelques-uns achètent des cartes postales, ou vont boire dans les bistrots. Une marchande pousse sa voiture chargée de bananes; mais ces grands enfants de Nord n’en ont sans doute jamais vu; c’est seulement après avoir vu un Français en acheter un et la manger qu’ils se risquent à en faire autant; en cinq minutes, la poussette est débarrassée.» La journée se passe sans incident: «Les Allemands sont d’une correction parfaite, et paraissent gênés de voir tant de visages fermés.»

Le 15: «Les Allemands, en grand nombre, sont au repos, visitent la ville, boivent aux terrasses. Les cafés rouvrent en grand nombre.» «Pas encore de fraternisation; à quelques exceptions près, les Français restent distants.» Malgré cela: «Les Parisiens sont ahuris de n’avoir pas été dévorés tout crus». Des fuyards «qui reviennent racontent qu’ils ont été rattrapés [par des Allemands] au sud de la ville, qu’on leur a dit de rentrer chez eux sans crainte, qu’on a même fourni de l’essence aux autos en panne. Beaucoup comment seulement à comprendre à quel point ils ont été trompés: "On nous avait pourtant bien dit que les Allemands crevaient de faim, et n’avaient pas d’essence, ni de caoutchouc, ni de cuir! Que nous vaincrions, parce que nous étions les plus forts! Etc, etc." En quarante-huit heures, une véritable révolution s’est faite dans les esprits.»

Le 16: «Les Allemands sont de plus en plus nombreux dans Paris. Rapports entre eux et la population toujours corrects et dignes.»

Le 17, les premières conversations s’engagent et se prolongent entre Allemands et Français.

Le 23, René Guérin note: «Par leur ordre, leur correction, les troupes allemandes font véritablement l’admiration de Paris.»


Image

User avatar
phdnm
Valuable asset
Valuable asset
Posts: 3886
Joined: Tue Jun 05, 2012 12:11 pm

Re: Vincent Reynouard : un "Holocauste" impossible

Postby phdnm » 1 month 1 week ago (Tue Jun 15, 2021 7:08 am)

1942 : un journaliste français découvre le vrai visage du national-socialisme


En mai 1942, un journaliste français écrivit: «en France, on s’était laissé complaisamment persuader que, dans les pays totalitaires, l’Opinion publique (…) était pratiquement inexistante.» Au terme d’un voyage de trois semaines en Allemagne, et après avoir côtoyé des populations diverses, il concluait: «Quelle naïveté!»

La réalité? Un fonctionnaire du Front du Travail lui avait exposée en ces termes: «Le Parti nazi est une minorité de nombre extrêmement faible. Il a la force avec lui, c'est un fait. (…). Mais la force n'est pas un moyen de gouvernement. S’il peut ordonner sans crainte de faire trop d’erreurs, ni de soulever le mécontentement. c’est qu'il plonge de multiples antennes dans le peuple. Comprenez que c’est une nécessité vitale pour le Parti que d’être suivi par la population ! Ici, pas de votes, des plébiscites. On opine par oui ou par non. Cela a toujours été oui. Vous appelez cela un vote de confiance. La confiance, nous l’avons

Plus tard, un ouvrier français vivant en Allemagne lui expliqua: «Ces gens-là ne font pas de politique. On dirait qu’ils n’y pensent pas.» Le journaliste confirmait: «Ce n’est pas seulement pour des raisons politiques que les Allemands sont unis derrière le parti national-socialiste. La révolution nationale-socialiste a été et demeure une révolution sociale. – "Pas question de politique", m’explique le directeur d’un magasin de distribution de vêtement de l’Assistance nationale-socialiste. On a voulu nous forcer à imaginer l’Allemand idéologiquement fanatique ou fanatisé: quelle vue inexacte. La vérité est beaucoup plus simple.» Elle lui a été dévoilée par une Allemande qui n’avait jamais appartenu au Parti. Avant Hitler, dit-elle, «dans tout l’Allemagne, chômage et paupérisme atteignaient un degré qu’aucun Français ne saurait imaginer. Maintenant, cette calamité a disparu. Cela ne s’oublie pas.» Et le journaliste d’écrire: Hitler «a su, par le travail, tirer de la richesse d’un pays terriblement appauvri. Du travail, une législation sociale bien assise, de hauts salaires, de l’ordre, l’extinction des fléaux qui épuisaient la nation: paupérisme et chômage, voilà ce sont les Allemands se considèrent redevables au régime. A leurs yeux, est-il besoin d’une justification politique à cette réussite? Non. Au cours de ces dix années, le peuple a appris à suivre ses chefs, il a pris l’habitude de leur réussite en même temps que celle d’y contribuer par une discipline rigide et des efforts renouvelés. (…) C’est de cet état d’esprit très particulier que la puissance industrielle et militaire allemande tire toute sa force. Rien ne peut se comprendre sans cela

Et en effet, pour venir à bout de l’Allemagne nationale-socialiste, il a fallu les efforts conjugués des trois plus grands empires mondiaux, avec leurs armadas de bombardiers déversant de centaines de milliers de bombes incendiaires.

Heil Hitler.

Image

User avatar
phdnm
Valuable asset
Valuable asset
Posts: 3886
Joined: Tue Jun 05, 2012 12:11 pm

Re: Vincent Reynouard : un "Holocauste" impossible

Postby phdnm » 1 month 1 week ago (Wed Jun 16, 2021 7:09 am)

Oradour : l’exploitation politique d’un mensonge historique (ép. 2)


Dans ce deuxième épisode, Vincent Reynouard synthétise les arguments les plus forts réunis depuis 1993 et qui réfutent avec éclat l’histoire officielle du drame d’Oradour.

On découvre que, le plus souvent, les fabricateurs de la thèse officielle ont eux-même apporté l’eau au moulin révisionniste. Car ils ont menti très maladroitement, cachant des pièces dont ils avaient révélé l’existence, n’ayant pas prévu que des révélations surviendraient fatalement, etc.

Le fiasco de la thèse officielle exposé en 33 minutes !

Plan de l’épisode

  • III. Oradour, village sans maquis ? Un mensonge
  • 1.Un témoignage compromettant disparaît subrepticement
  • 2.Un maquis structuré à Oradour
  • 3.Le témoignage écrit de Mathieu Borie enfin publié dans son intégralité
  • 4.Len Cotton : les révélation d’un aviateur de la RAF caché à Oradour en 1942
  • 5.Des maquis partout autour d’Oradour

  • IV) La mission véritable des Waffen SS le 10 juin à Oradour
  • 1.Récupérer un prisonnier, anéantir le PC du maquis, prendre des otages
  • 2.Des dépôts clandestins de munitions dans les maisons
  • 3.Les maquis et l’utilisation des clochers pour cacher des armes
  • a. Le Phosphore ;
  • b. Les douilles WRA 9mm ;
  • c. Le clocher d’Oradour, pas un cas unique ;
  • 4.Le déroulement du drame à Oradour déduit des témoignages et des constats matériels
  • 5.Des gardiens de la mémoire réduits au mensonge le plus grossier
  • a. Une thèse inepte
  • b. Les « aveux » des anciens Waffen SS
  • c. Madame Rouffanche ruine la thèse
  • d. Des Waffen SS soucieux de plaire à l’Accusation

https://blogue-sc.com/2021/06/oradour-exploitation-politique-dun-mensonge-historique-ep-

User avatar
phdnm
Valuable asset
Valuable asset
Posts: 3886
Joined: Tue Jun 05, 2012 12:11 pm

Re: Vincent Reynouard : un "Holocauste" impossible

Postby phdnm » 1 month 1 week ago (Wed Jun 16, 2021 10:59 pm)

Ce qu’aurait été l’Europe unie sous l’étendard du national-socialisme


Début avril 1944, le Front du Travail allemand organisa le « Congrès des économistes et hommes politiques ». L’objectif était de définir l’économie politique de l’Europe nouvelle, unie sous l’étendard du national socialisme.

Les représentant d’une vingtaine de nations européennes y participèrent. Ils adoptèrent une résolution en 17 points. Applaudissant ce projet qui préservait les identités nationales, La France Socialiste écrivit: «Il n’y a de socialismes que nationaux»; «La pratique [du socialisme] est variable avec les milieux nationaux, elle s’adapte aux conditions concrètes des divers pays, elle est subordonnée aux forces en présence, à la forme de l’État, à l’économie, aux situations politiques, aux traditions, aux psychologiesBref, il n’était pas question d’imposer la forme allemande du national-socialisme à toute l’Europe.

De même qu’il n’effaçait pas la nation, ce socialisme n’uniformisait pas les masses. Le deuxième point précisait : «La communauté n’est viable que si elle peut s'appuyer sur des personnalités qui soient à même et aient la volonté d'assumer dans toutes leurs actions un maximum de responsabilité vis-à-vis de la communauté. Si ceci n’était point le cas, la communauté dégénérerait immédiatement en un morne collectivisme.» On voulait donc des gens capables d’initiatives et responsables.

D’où une instruction différenciée. Dans cette nouvelle Europe: «chaque membre de la communauté nationale (se verrait) offrir toutes les possibilités d’instruction et de développement qui correspondent à ses aptitudes naturelles. Le droit à l’instruction ouvre la voie à la promotion sociale.» Dans le cadre de cette promotion sociale, l’individu pourrait occuper «l’emploi qui correspond à ses capacités et aux exigences de la communauté nationale.»

Puis venait la famille. Le huitième point déclarait: «Toute promotion de la personnalité serait vaine, si la famille, en tant que cellule initiale de la nation, n’en retirait un encouragement particulier. Il faut que la personnalité justifie la situation sociale à laquelle elle s’est élevée dans la communauté nationale grâce à son apport, en fondant un foyer et en constituant une famille saine. C'est dans ce but final que la communauté nationale doit, de son côté, veiller à ce que chaque famille dispose d'un habitat convenable et de moyens d’existence suffisants

Le neuvième point précisait: «C’est à la communauté nationale que revient la tâche de veiller d ce qu’aucun de ses membres ne tombe dans le besoin sans qu’on puisse lui en imputer la responsabilité. Elle assure la retraite du vieux travailleur, la sécurité en cas de maladie, d’invalidité et de maternité, ainsi que l’existence des veuves et des orphelins

Le IIIe Reich avait déjà réalisé tout cela… Je vous laisse lire les 17 points. Ils vous décriront ce qu’aurait été l’Europe, si Hitler avait gagné la guerre. Heil Hitler.

Image

User avatar
phdnm
Valuable asset
Valuable asset
Posts: 3886
Joined: Tue Jun 05, 2012 12:11 pm

Re: Vincent Reynouard : un "Holocauste" impossible

Postby phdnm » 1 month 1 week ago (Wed Jun 16, 2021 11:06 pm)

1942 : Le national-socialisme en action


Suite à mon dernier message, je soumets au lecteur cet article paru en juillet 1942. Il confirme que le IIIe Reich avait déjà partiellement ou complètement réalisé les 17 points du Congrès de Salzbrunn pour une Europe unie sous l’étendard du national-socialisme.

Texte de l'article :

« L'idée fondamentale du national-socialisme c'est l'esprit communautaire. Le bien-être général passe avant l'intérêt particulier. Cette doctrine appliquée dans tous les domaines a vraiment donné des résultats sociaux extraordinaires.
(…)
L'Allemagne applique dans ses usines des méthodes sociales très en avance sur tous les autres peuples. Nos compatriotes français, ayant les mêmes droits et jouissant des mêmes avantages que les ouvriers allemands, en bénéficient largement.

Pour qu'un ouvrier produise un travail intéressant, il faut que ce travail lui plaise, qu'il l'effectue dans un endroit agréable, avec des outils pratiques et perfectionnés, si ce perfectionnement existe, qu'il soit en bonne santé physique et morale, et qu'il ait un avantage à faire ce travail.

Toutes ces conditions, base de la théorie nationale-socialiste, ont été remplies dans toutes les usines sous l'organisation du Front du travail. Il existe un service social spécial appelé la "Beauté du travail" dont les efforts ont abouti à modifier complètement l'ancien état d'esprit. Le travail n'est pas une punition, l'atelier ne doit donc pas être sombre, la lumière crée la joie et la joie augmente l'effort.

Là où existaient des verres dépolis ou teintés, on les a remplacés par des vitres transparentes, l'ouvrier a le droit de s'intéresser à ce qui se passe dehors, il a le droit de contempler un beau paysage. Et pour que le paysage soit beau, il faut faire de la propreté, mettre de la couleur, de la vie. Les ateliers ont été décorés, peints, ornés de fleurs, les cours d'usine sont nettes, plantées de petits massifs, les fenêtres ont des caisses de géranium.

Tout ouvrier possède un siège, ceux qui doivent employer des positions inconfortables ont des sièges réglables, parfois des selles de vélo montées sur bras articulé. Chaque usine possède plusieurs médecins, et c'est l'un d'eux qui passe plusieurs fois par semaine dans les ateliers pour chercher une amélioration, une modification à apporter au service de la Beauté du travail.

L'état sanitaire des ouvriers est méticuleusement surveillé par des visites fréquentes orientées d'ailleurs suivant le genre d'industrie.

Les usines modernes de la banlieue berlinoise possèdent toutes une installation médicale et chirurgicale que leur envieraient bien des hôpitaux spécialisés. (...) »

La deuxième page de l’article figure dans l’illustration…

(Source : Paris-Soir, 27 juillet 1942, pp. 1 et 2)

Image

User avatar
phdnm
Valuable asset
Valuable asset
Posts: 3886
Joined: Tue Jun 05, 2012 12:11 pm

Re: Vincent Reynouard : un "Holocauste" impossible

Postby phdnm » 1 month 6 days ago (Sun Jun 20, 2021 12:37 pm)

Oradour : l’exploitation politique d’un mythe historique (3/3)


Le mobile du mensonge à Oradour n’est pas l’argent. Certes, le mythe favorise le tourisme et le commerce, mais c’est accidentel. Le mobile réel, profond, est politique. Oradour sur à promouvoir l’antifascisme, à détourner l’attention des crimes de guerres des Alliés et à soutenir le projet mondialiste imposé par les vainqueurs de 1945.

Dans cet épisode, Vincent Reynouard le démontre lumineusement. Remontant aux années 1943-1944, il démontre, documents à l’appui, qu’en France, les vainqueurs avaient besoin d’une « atrocité nazie » à exposer pour prétendre justifier leurs crimes de guerre ainsi que leur croisade d’extermination du national-socialisme.

Plan de l’épisode

Deuxième partie : Oradour, une exploitation politique

  • I) Macron et Glüksmann en campagne à Oradour : un message politique

  • II) Les bombardements alliés meurtriers au-dessus de la France
  • L’horreur des bombes au phosphore
  • Des évêques condamnent sévèrement la stratégie alliée
  • L’hypocrisie américaine dénoncée
  • Un combat de la matière contre l’esprit

  • III) Pourquoi le miracle n’est pas venu
  • avril-mai 1944 : deux journalistes invoquent Jeanne d’Arc pour sauver la France des Alliés
  • Le constat d’un chroniqueur en 1934 : « La France a perdu son âme »
  • Contre la Révolution nationale, la majorité des Français restait attachée à la République
  • Les mauvais prétextes pour justifier les bombardements alliés
  • a. Invoquer Varsovie et Rotterdam
  • b. « C’est l’Allemagne qui avait commencé ! »
  • c. « C’était des représailles légitimes ! »
  • d. « On ne fait pas d’omelette sans casser des œufs ! » ou : comment prétendre excuser les barbares
  • Oradour : l’événement providentiel qui permettra de détourner l’attention des crimes alliés

Conclusion : le sauvetage de la France passe aussi par le rétablissement de la vérité historique

Voir sur BitTube : https://bittube.tv/post/d3f05700-3fa0-409b-83af-9ca5c5004b54

Voir sur Archive : https://archive.org/details/oradour-3-2

https://tv.gab.com/channel/reynouard/view/oradour-lexploitation-politique-dun-mythe-historique-60cf3676aa8f4f8952d8a529

User avatar
phdnm
Valuable asset
Valuable asset
Posts: 3886
Joined: Tue Jun 05, 2012 12:11 pm

Re: Vincent Reynouard : un "Holocauste" impossible

Postby phdnm » 1 month 5 days ago (Mon Jun 21, 2021 11:05 am)

Oradour: Robert Ménard soutiendra-t-il ma demande débat?

Malgré ses accointances avec la droite dite «nationale» et ses prises de position «politiquement incorrectes», le maire de Béziers Robert Ménard croit en la thèse officielle du drame d’Oradour. Cette année encore, le jour anniversaire de la tragédie, il a diffusé un tweet qui accuse les Waffen SS d’avoir commis le «crime absolu».

Dans ce message vidéo, Vincent Reynouard s’appuie sur ce que Robert Ménard écrit pour le faire douter de l’histoire officielle.

Sachant qu’en le maire de Béziers a cosigné un ouvrage intitulé «Vive Le Pen!» pour «dénoncer cette traque de tout ce qui est supposé exprimer sympathie ou même vague intérêt pour des thèses, des points de vue, des analyses qu’il est tellement commode de discréditer d’un retentissant "facho"», Vincent Reynouard lui demande d’appuyer sa démarche lorsqu’il réclame un débat public avec les gardiens de la Mémoire d’Oradour.

Robert Ménard répondra-t-il?

Je remercie ceux qui le veulent (et qui le peuvent) de m’apporter leur soutien en écrivant à la mairie de Béziers: Place Gabriel Péri, 34500 Béziers; email : [email protected].

https://www.bitchute.com/video/ynPJgBKojJO4/


A tous ceux qui veulent m'aider dans l'affaire d'Oradour...

Dans le cadre du débat que je réclame sur Oradour, et afin de donner plus de visibilité à ma demande, je viens de créer une chaîne Youtube ainsi qu'une page Facebook.

Chaîne Youtube : https://www.youtube.com/channel/UC6YYeJiA_bAkTiPSY97wISw


Page Facebook : https://www.facebook.com/people/Vincent-Noiret/100069600107743/


Voici en outre le message électronique que je viens d'envoyer à Robert Ménard :


"Monsieur le Maire,

Dans une vidéo publique qui vous est adressée, je prends la liberté de vous demander de bien vouloir appuyer la demande de débat que je formule aux gardiens de la Mémoire d'Oradour.
Voici le lien de la chaîne Youtube sur laquelle vous pourrez la visionner : https://www.youtube.com/channel/UC6YYeJiA_bAkTiPSY97wISw

Il ne s'agit ni de vous tendre un piège, ni de vous mettre dans un mauvais cas. Si vous ne donnez aucune suite à ma demande, je le comprendrai et en resterai là.

Veuillez croire, Monsieur le Maire, en l'expression de mon respect,

Vincent Reynouard"


Celles et ceux qui le souhaitent peuvent envoyer une lettre similaire...


Return to “Forum Révisionniste en Français”

Who is online

Users browsing this forum: No registered users and 6 guests