Le déni de l’Holocauste devrait être illégal en Amérique, affirment de nombreux membres de la gauche

Moderator: Moderator

User avatar
phdnm
Valuable asset
Valuable asset
Posts: 3397
Joined: Tue Jun 05, 2012 12:11 pm

Le déni de l’Holocauste devrait être illégal en Amérique, affirment de nombreux membres de la gauche

Postby phdnm » 5 days 3 hours ago (Fri Feb 14, 2020 8:29 am)

Le déni de l’Holocauste devrait être illégal en Amérique, affirment de nombreux membres de la gauche

Par David Cole


Note de l’éditeur : l’auteur est juif et a soutenu ailleurs que l' »Holocauste » s’est effectivement produit, tuant environ 2 millions de Juifs.

Depuis quand avons-nous une peur mortelle de la parole ? Et pourquoi est-il étrangement approprié que le récent 75e anniversaire de la libération d’Auschwitz coïncide avec une intensification des efforts visant à restreindre les droits à la liberté d’expression aux États-Unis ?

Utilisons un faux Indien comme éclaireur pour commencer notre voyage vers la réponse.

La semaine dernière, Elizabeth Warren a annoncé un « plan d’action » pour freiner la « désinformation numérique ». Le plan prévoit des « sanctions civiles et pénales » pour la « diffusion en connaissance de cause » de contenus qui « ont pour but explicite de porter atteinte au droit fondamental de vote ». Tout discours qui pourrait « déprimer la participation électorale » serait criminalisé.

Le plan de Warren fait suite à des mois de battage de tambours de la part de journalistes de renom au service de la criminalisation du discours politique. « Pourquoi l’Amérique a besoin d’une loi sur les discours de haine » était le titre d’un article de Richard Stengel, un fonctionnaire de l’administration Obama devenu rédacteur en chef du magazine Time, paru en octobre dernier. Des essais similaires ont été publiés dans des dizaines d’organes de presse grand public (dont Bloomberg). Un sondage Vox de décembre a révélé que la majorité des candidats démocrates à la présidence sont favorables à la criminalisation ou à la suppression des discours jugés « haineux » ou « faux ».

Warren, cependant, est le premier démocrate à codifier ces interdictions dans une proposition de loi, qu’elle s’est engagée à poursuivre en tant que présidente.

Alors, où intervient l’Holocauste ? Eh bien, la plupart des lois européennes sur les discours de haine ont été initialement conçues pour emprisonner les révisionnistes et les négationnistes de l’Holocauste. Au Canada, la réglementation récemment annoncée par le gouvernement sur les « fausses nouvelles » trouve son origine dans les lois sur les « fausses nouvelles » qui ont été utilisées dans les années 80 pour poursuivre les révisionnistes et les négationnistes. Et ici, aux États-Unis, les lois proposées par Warren et Stengel ont évolué à partir de la « loi type » de la faculté de droit Hofstra de 1988, rédigée pour criminaliser les discours haineux et faux (la loi, dont il est question plus en détail ici, a été testée dans un tribunal fictif contre un hypothétique négationniste de l’Holocauste).

En effet, l’Holocauste sert d’étincelle pour l’esprit comme pour la lettre des lois modernes de criminalisation des discours. Les censeurs potentiels, de gauche comme de droite, ont toujours craint la parole. Mais c’est la crainte de ce que « trop de discours » ferait à l’histoire de l’Holocauste, et de la façon dont il pourrait nuire aux sentiments des survivants de l’Holocauste, qui a incité à codifier la paranoïa antiparole dans les lois actuelles. Argumentant en faveur des restrictions de Warren sur la parole, le professeur de droit du Congrès du Pendjab (et de l’action affirmative astérisque) Ro Khanna a tweeté : « La fausseté n’a jamais fait partie de notre tradition du 1er Amendement ». En fait, c’est 100% cul à l’envers ; James Madison a spécifiquement déclaré que le « mauvais usage » du discours est un aspect inévitable et tolérable de nos droits au titre du premier amendement.

« On ne peut pas surmonter la tradition occidentale de liberté d’expression et de débat ouvert du jour au lendemain ».

Si Khanna avait une once d’honnêteté dans ses artères enduites de curry, il admettrait que la guerre actuelle contre la « fausseté » de la parole n’a pas commencé avec nos fondateurs, mais avec les Juifs qui affirment que la « fausse parole » met en danger la mémoire de l’Holocauste et verse du sel sur les blessures des survivants. Nous oublions les origines holocaustiennes des lois européennes, canadiennes et américaines (proposées) contre le discours, car de nos jours, ces lois se sont métastasées pour inclure des protections pour chaque « groupe victime » non blanc, non chrétien, non hétérosexuel et non masculin. Mais revenez aux racines de ces lois, et vous trouverez des Juifs implorant humblement la société des gentils de limiter un petit discours, juste pour eux.

Il y a une ironie de ma jeunesse – « l’apogée » du révisionnisme de l’Holocauste – que je ne suis capable d’apprécier pleinement que maintenant. La façon dont les révisionnistes ont réagi aux lois anti-discours de l’Holocauste a contribué par inadvertance à leur expansion. Nous nous moquerions de « Juifs typiques – exigeant une protection spéciale pour leurs intérêts, agissant comme si seule leur souffrance comptait et que seuls leurs sentiments méritaient d’être dorlotés sous couvert de la loi ».

Nous sommes tombés dans un piège finement posé. Oui, le plan était de faire en sorte que les gens regardent les lois qui protégeaient l’histoire de l’Holocauste des « fausses nouvelles » et les survivants de l’Holocauste des « discours offensants » et disent : « Putain de juifs, pourquoi sont-ils les seuls à bénéficier d’une telle considération ? Pourquoi pas les autres personnes qui ont souffert ? »

Exactement ce que les suppresseurs de discours voulaient que nous disions.

Ces lois anti-révisionnistes étaient un ballon d’essai, une « phase un ». On ne peut pas surmonter la tradition occidentale de liberté d’expression et de débat ouvert du jour au lendemain. Il faut commencer par faire accepter la censure sur une question qui se trouve à la périphérie de la plupart des gens. Quelque chose d’éloigné et de peu important pour leur vie quotidienne. Les lois qui ont criminalisé le révisionnisme et le négationnisme de l’Holocauste ont touché un nombre ridiculement faible de personnes. C’était le but. Les gens se sont habitués à la présence de ces lois tout en n’étant pas touchés par elles personnellement. Au fur et à mesure que les Occidentaux se sont habitués à l’idée que oui, les survivants de l’Holocauste devraient être protégés des discours offensants, et oui, l’histoire de l’Holocauste est renforcée par des restrictions sur la manière dont elle peut être débattue et discutée, il est devenu de plus en plus facile d’étendre ces « protections spéciales » de manière plus invasive.

Les blancs se sont habitués à l’idée que certaines choses ne relèvent pas du domaine de la liberté d’expression et du débat ouvert, et les non blancs (et autres « victimes » diverses) ont commencé à réclamer que leurs causes et leurs sentiments soient ajoutés à la liste des choses dont il ne faut jamais dire du mal. Les lois sur l’Holocauste ont préparé le public à l’élargissement éventuel des sujets et des peuples protégés. Elles ont été un point d’entrée pour les gauchistes (juifs et non-juifs) qui ont compris la valeur des restrictions de la liberté d’expression et leur nécessité dans la lutte pour le démantèlement de l’Occident traditionnel. Comme Bontshé le Silencieux qui demandait à contrecœur aux anges un petit pain chaud et une tache de beurre, tout a commencé avec d’humbles vieux juifs, les mains tendues, suppliant avec larmes : « Censurez juste un peu de discours dans ce cas particulier », et cela a conduit à la situation actuelle. « Un mauvais discours menace l’histoire de l’Holocauste » est devenu « Un mauvais discours menace la démocratie elle-même ». « Censurer simplement les sceptiques de l’Holocauste parce que leurs paroles offensent les vieux survivants faibles qui méritent de vivre leurs dernières années en paix » est devenu « Censurer tous les faits de la biologie fondamentale parce que des hommes malades mentaux en robe pourraient s’énerver ».

Toutes les tentatives actuelles d’étouffer la parole au nom de la protection des sentiments, et toutes les campagnes de peur actuelles sur la façon dont une parole non réglementée conduit inévitablement à des résultats mauvais et destructeurs, doivent leur existence à l’acceptation par les blancs occidentaux d’un ensemble de « circonstances spéciales » dans lesquelles les notions traditionnelles de « combattre la parole par plus de parole » et « laisser la vérité et le mensonge s’affronter » et « les bâtons et les pierres peuvent me briser les os mais les mots ne me feront jamais de mal » ne s’appliquent pas à l’histoire de l’Holocauste et aux survivants de l’Holocauste.

Au début des années 90, lorsque je disais qu’il était interdit de gazer les gens dans les pièces dont les portes se ferment de l’intérieur, ou dont les portes s’ouvrent sur la pièce, ou dont les murs sont recouverts de vitres, des non-juifs qui n’avaient aucun lien émotionnel avec l’Holocauste me disaient régulièrement : « Écoutez, ce que vous dites est peut-être vrai, mais pourquoi le dire ? Pourquoi causer une telle douleur aux pauvres survivants ? » Le plus souvent, mon travail a été interdit et censuré par des personnes qui, sans en être personnellement offensées, se sont néanmoins senties obligées de respecter les protections accordées aux discours liés à l’Holocauste en raison de « circonstances spéciales ».

A l’époque, un petit nombre de personnes comprenaient qu’en fait, un discours non réglementé rendait l’histoire de l’Holocauste meilleure, plus saine. Christopher Hitchens, Eric Breindel du New York Post et l’historien de l’Holocauste Raul Hilberg ont tous reconnu que les défis posés par les révisionnistes de l’Holocauste et même les négationnistes purs et durs ont en fait forcé les historiens de l’Holocauste à mieux faire leur travail ; que le fait d’être confrontés à des critiques et à des théories opposées oblige les historiens à renforcer leurs thèses (pour être juste, Hilberg n’a admis cela que lors du contre-interrogatoire pendant le procès du négationniste Ernst Zundel à Toronto en 1985).

Mais Hitchens, Breindel et Hilberg sont morts maintenant, tout comme la simple compréhension que la vérité n’est renforcée que par la concurrence avec le mensonge.

Pour tous ceux qui, aujourd’hui, ont été « annulés » pour avoir exposé un fait ou fait une simple observation de bon sens, eh bien, bienvenue dans le monde de ma jeunesse. N’oubliez pas que les conservateurs traditionnels se sont alliés aux libéraux lorsqu’il s’est agi de « protéger » l’histoire de l’Holocauste des observations raisonnables des révisionnistes comme moi. Et maintenant, les conservateurs se plaignent d’être bannis des médias sociaux pour avoir fait des observations factuelles du genre « Il n’y a que deux sexes ». Dommage. Vos « circonstances particulières » de l’Holocauste sont maintenant revendiquées par les travestis. Et les Noirs. Et les « immigrants ». Et tous ceux qui ont une hache à broyer contre les civils occidentaux. J’aurais dû tuer cette bête in utero il y a trente ans. En acceptant ce qui a été fait aux révisionnistes à l’époque, vous avez ouvert la voie à ce que nous sommes tous aujourd’hui.

Un point supplémentaire : Plus il est devenu dangereux, dans les années 90, de contester l’orthodoxie de l’Holocauste, plus le côté révisionniste du débat est tombé aux mains des extrémistes. Les pénalités et les sanctions ont chassé tous ceux qui avaient une carrière ou une réputation à préserver. Il ne restait plus que les fous, les bagarreurs qui accueillaient le combat et se réjouissaient d’être qualifiés de nazis. Depuis au moins le début des années 2000, le révisionnisme rationnel de l’Holocauste est tombé aux mains des négationnistes irrationnels, des idéologues extrémistes débiles qui ne s’intéressent pas à la recherche et à la documentation historiques. Ils veulent juste « combattre les Juifs ». C’est le combat, et non l’historiographie, qui les attire.

Une autre ironie, celle-ci totalement prévisible : Alors que les révisionnistes rationnels étaient attaqués et chassés en tant que nazis, le domaine a été cédé aux nazis réels.

C’est le résultat final de la criminalisation des discours. Les voix rationnelles se taisent, parce que les personnes rationnelles – capables comme elles le sont de peser les actions et les conséquences – font le calcul et se rendent compte qu’il est plus prudent de se retirer et de se taire, alors que parler librement pourrait leur coûter leur gagne-pain ou leur liberté. Ce qui s’est passé avec l’histoire de l’Holocauste se produira bientôt avec des sujets comme la biologie masculine et féminine et l’héritabilité du QI. Toute personne ayant quelque chose à perdre y réfléchira à deux fois avant de remettre en question l’orthodoxie de la gauche sur ces sujets. C’est ce que font les pénalités de discours ; elles effraient exactement les personnes qui ont la capacité intellectuelle de faire valoir au mieux les arguments que les pénalisateurs ne veulent pas faire valoir. Et une fois qu’un domaine est abandonné aux fous qui débitent des absurdités, le public devient encore plus accueillant à l’égard des interdictions de parole, en raison de la répugnance générale de ceux qui sont réduits au silence.

En ce moment, à l’Ouest, on a une peur bleue de la parole. Le fait qu’un candidat à la présidence d’un grand parti politique américain puisse se présenter sur un programme de limitation des discours afin de « sauver la démocratie » montre à quel point les choses vont mal. Et tout a commencé avec l’Holocauste. L’histoire de l’Holocauste est précieuse et « trop de discours » constitue une menace pour elle. C’est pourquoi il faut limiter le discours pour « sauver » l’histoire de l’Holocauste. La démocratie est précieuse et « trop de discours » constitue une menace pour elle. Par conséquent, limitez le discours à « sauver » la démocratie. L’acceptation du premier précepte a conduit à l’acceptation du second.

Il y a trente ans, les personnes saines d’esprit avaient une chance d’arrêter la folie. Mais ils se sont laissés aller à un chantage émotionnel pour accepter la conviction que, dans « certaines circonstances », la liberté d’expression et le débat ouvert sont nuisibles et doivent être limités. Ils ont supposé que ces circonstances resteraient spéciales. Elles sont maintenant la norme.

Vous vous êtes fait avoir. Et comme toute personne crédule qui est la proie d’une histoire triste au service d’une longue arnaque, vous n’avez finalement personne à blâmer à part vous-même.

Source: Taki’s Magazine


https://grandfacho.com/?p=28029

Métaphrase
Member
Member
Posts: 42
Joined: Thu Jan 05, 2017 3:11 am

Re: Le déni de l’Holocauste devrait être illégal en Amérique, affirment de nombreux membres de la gauche

Postby Métaphrase » 4 days 19 hours ago (Fri Feb 14, 2020 4:52 pm)

phdnm wrote:
Le déni de l’Holocauste devrait être illégal en Amérique, affirment de nombreux membres de la gauche

Par David Cole


Note de l’éditeur : l’auteur est juif et a soutenu ailleurs que l' »Holocauste » s’est effectivement produit, tuant environ 2 millions de Juifs.

Depuis quand avons-nous une peur mortelle de la parole ? Et pourquoi est-il étrangement approprié que le récent 75e anniversaire de la libération d’Auschwitz coïncide avec une intensification des efforts visant à restreindre les droits à la liberté d’expression aux États-Unis ?

Utilisons un faux Indien comme éclaireur pour commencer notre voyage vers la réponse.

La semaine dernière, Elizabeth Warren a annoncé un « plan d’action » pour freiner la « désinformation numérique ». Le plan prévoit des « sanctions civiles et pénales » pour la « diffusion en connaissance de cause » de contenus qui « ont pour but explicite de porter atteinte au droit fondamental de vote ». Tout discours qui pourrait « déprimer la participation électorale » serait criminalisé.

Le plan de Warren fait suite à des mois de battage de tambours de la part de journalistes de renom au service de la criminalisation du discours politique. « Pourquoi l’Amérique a besoin d’une loi sur les discours de haine » était le titre d’un article de Richard Stengel, un fonctionnaire de l’administration Obama devenu rédacteur en chef du magazine Time, paru en octobre dernier. Des essais similaires ont été publiés dans des dizaines d’organes de presse grand public (dont Bloomberg). Un sondage Vox de décembre a révélé que la majorité des candidats démocrates à la présidence sont favorables à la criminalisation ou à la suppression des discours jugés « haineux » ou « faux ».

Warren, cependant, est le premier démocrate à codifier ces interdictions dans une proposition de loi, qu’elle s’est engagée à poursuivre en tant que présidente.

Alors, où intervient l’Holocauste ? Eh bien, la plupart des lois européennes sur les discours de haine ont été initialement conçues pour emprisonner les révisionnistes et les négationnistes de l’Holocauste. Au Canada, la réglementation récemment annoncée par le gouvernement sur les « fausses nouvelles » trouve son origine dans les lois sur les « fausses nouvelles » qui ont été utilisées dans les années 80 pour poursuivre les révisionnistes et les négationnistes. Et ici, aux États-Unis, les lois proposées par Warren et Stengel ont évolué à partir de la « loi type » de la faculté de droit Hofstra de 1988, rédigée pour criminaliser les discours haineux et faux (la loi, dont il est question plus en détail ici, a été testée dans un tribunal fictif contre un hypothétique négationniste de l’Holocauste).

En effet, l’Holocauste sert d’étincelle pour l’esprit comme pour la lettre des lois modernes de criminalisation des discours. Les censeurs potentiels, de gauche comme de droite, ont toujours craint la parole. Mais c’est la crainte de ce que « trop de discours » ferait à l’histoire de l’Holocauste, et de la façon dont il pourrait nuire aux sentiments des survivants de l’Holocauste, qui a incité à codifier la paranoïa antiparole dans les lois actuelles. Argumentant en faveur des restrictions de Warren sur la parole, le professeur de droit du Congrès du Pendjab (et de l’action affirmative astérisque) Ro Khanna a tweeté : « La fausseté n’a jamais fait partie de notre tradition du 1er Amendement ». En fait, c’est 100% cul à l’envers ; James Madison a spécifiquement déclaré que le « mauvais usage » du discours est un aspect inévitable et tolérable de nos droits au titre du premier amendement.

« On ne peut pas surmonter la tradition occidentale de liberté d’expression et de débat ouvert du jour au lendemain ».

Si Khanna avait une once d’honnêteté dans ses artères enduites de curry, il admettrait que la guerre actuelle contre la « fausseté » de la parole n’a pas commencé avec nos fondateurs, mais avec les Juifs qui affirment que la « fausse parole » met en danger la mémoire de l’Holocauste et verse du sel sur les blessures des survivants. Nous oublions les origines holocaustiennes des lois européennes, canadiennes et américaines (proposées) contre le discours, car de nos jours, ces lois se sont métastasées pour inclure des protections pour chaque « groupe victime » non blanc, non chrétien, non hétérosexuel et non masculin. Mais revenez aux racines de ces lois, et vous trouverez des Juifs implorant humblement la société des gentils de limiter un petit discours, juste pour eux.

Il y a une ironie de ma jeunesse – « l’apogée » du révisionnisme de l’Holocauste – que je ne suis capable d’apprécier pleinement que maintenant. La façon dont les révisionnistes ont réagi aux lois anti-discours de l’Holocauste a contribué par inadvertance à leur expansion. Nous nous moquerions de « Juifs typiques – exigeant une protection spéciale pour leurs intérêts, agissant comme si seule leur souffrance comptait et que seuls leurs sentiments méritaient d’être dorlotés sous couvert de la loi ».

Nous sommes tombés dans un piège finement posé. Oui, le plan était de faire en sorte que les gens regardent les lois qui protégeaient l’histoire de l’Holocauste des « fausses nouvelles » et les survivants de l’Holocauste des « discours offensants » et disent : « Putain de juifs, pourquoi sont-ils les seuls à bénéficier d’une telle considération ? Pourquoi pas les autres personnes qui ont souffert ? »

Exactement ce que les suppresseurs de discours voulaient que nous disions.

Ces lois anti-révisionnistes étaient un ballon d’essai, une « phase un ». On ne peut pas surmonter la tradition occidentale de liberté d’expression et de débat ouvert du jour au lendemain. Il faut commencer par faire accepter la censure sur une question qui se trouve à la périphérie de la plupart des gens. Quelque chose d’éloigné et de peu important pour leur vie quotidienne. Les lois qui ont criminalisé le révisionnisme et le négationnisme de l’Holocauste ont touché un nombre ridiculement faible de personnes. C’était le but. Les gens se sont habitués à la présence de ces lois tout en n’étant pas touchés par elles personnellement. Au fur et à mesure que les Occidentaux se sont habitués à l’idée que oui, les survivants de l’Holocauste devraient être protégés des discours offensants, et oui, l’histoire de l’Holocauste est renforcée par des restrictions sur la manière dont elle peut être débattue et discutée, il est devenu de plus en plus facile d’étendre ces « protections spéciales » de manière plus invasive.

Les blancs se sont habitués à l’idée que certaines choses ne relèvent pas du domaine de la liberté d’expression et du débat ouvert, et les non blancs (et autres « victimes » diverses) ont commencé à réclamer que leurs causes et leurs sentiments soient ajoutés à la liste des choses dont il ne faut jamais dire du mal. Les lois sur l’Holocauste ont préparé le public à l’élargissement éventuel des sujets et des peuples protégés. Elles ont été un point d’entrée pour les gauchistes (juifs et non-juifs) qui ont compris la valeur des restrictions de la liberté d’expression et leur nécessité dans la lutte pour le démantèlement de l’Occident traditionnel. Comme Bontshé le Silencieux qui demandait à contrecœur aux anges un petit pain chaud et une tache de beurre, tout a commencé avec d’humbles vieux juifs, les mains tendues, suppliant avec larmes : « Censurez juste un peu de discours dans ce cas particulier », et cela a conduit à la situation actuelle. « Un mauvais discours menace l’histoire de l’Holocauste » est devenu « Un mauvais discours menace la démocratie elle-même ». « Censurer simplement les sceptiques de l’Holocauste parce que leurs paroles offensent les vieux survivants faibles qui méritent de vivre leurs dernières années en paix » est devenu « Censurer tous les faits de la biologie fondamentale parce que des hommes malades mentaux en robe pourraient s’énerver ».

Toutes les tentatives actuelles d’étouffer la parole au nom de la protection des sentiments, et toutes les campagnes de peur actuelles sur la façon dont une parole non réglementée conduit inévitablement à des résultats mauvais et destructeurs, doivent leur existence à l’acceptation par les blancs occidentaux d’un ensemble de « circonstances spéciales » dans lesquelles les notions traditionnelles de « combattre la parole par plus de parole » et « laisser la vérité et le mensonge s’affronter » et « les bâtons et les pierres peuvent me briser les os mais les mots ne me feront jamais de mal » ne s’appliquent pas à l’histoire de l’Holocauste et aux survivants de l’Holocauste.

Au début des années 90, lorsque je disais qu’il était interdit de gazer les gens dans les pièces dont les portes se ferment de l’intérieur, ou dont les portes s’ouvrent sur la pièce, ou dont les murs sont recouverts de vitres, des non-juifs qui n’avaient aucun lien émotionnel avec l’Holocauste me disaient régulièrement : « Écoutez, ce que vous dites est peut-être vrai, mais pourquoi le dire ? Pourquoi causer une telle douleur aux pauvres survivants ? » Le plus souvent, mon travail a été interdit et censuré par des personnes qui, sans en être personnellement offensées, se sont néanmoins senties obligées de respecter les protections accordées aux discours liés à l’Holocauste en raison de « circonstances spéciales ».

A l’époque, un petit nombre de personnes comprenaient qu’en fait, un discours non réglementé rendait l’histoire de l’Holocauste meilleure, plus saine. Christopher Hitchens, Eric Breindel du New York Post et l’historien de l’Holocauste Raul Hilberg ont tous reconnu que les défis posés par les révisionnistes de l’Holocauste et même les négationnistes purs et durs ont en fait forcé les historiens de l’Holocauste à mieux faire leur travail ; que le fait d’être confrontés à des critiques et à des théories opposées oblige les historiens à renforcer leurs thèses (pour être juste, Hilberg n’a admis cela que lors du contre-interrogatoire pendant le procès du négationniste Ernst Zundel à Toronto en 1985).

Mais Hitchens, Breindel et Hilberg sont morts maintenant, tout comme la simple compréhension que la vérité n’est renforcée que par la concurrence avec le mensonge.

Pour tous ceux qui, aujourd’hui, ont été « annulés » pour avoir exposé un fait ou fait une simple observation de bon sens, eh bien, bienvenue dans le monde de ma jeunesse. N’oubliez pas que les conservateurs traditionnels se sont alliés aux libéraux lorsqu’il s’est agi de « protéger » l’histoire de l’Holocauste des observations raisonnables des révisionnistes comme moi. Et maintenant, les conservateurs se plaignent d’être bannis des médias sociaux pour avoir fait des observations factuelles du genre « Il n’y a que deux sexes ». Dommage. Vos « circonstances particulières » de l’Holocauste sont maintenant revendiquées par les travestis. Et les Noirs. Et les « immigrants ». Et tous ceux qui ont une hache à broyer contre les civils occidentaux. J’aurais dû tuer cette bête in utero il y a trente ans. En acceptant ce qui a été fait aux révisionnistes à l’époque, vous avez ouvert la voie à ce que nous sommes tous aujourd’hui.

Un point supplémentaire : Plus il est devenu dangereux, dans les années 90, de contester l’orthodoxie de l’Holocauste, plus le côté révisionniste du débat est tombé aux mains des extrémistes. Les pénalités et les sanctions ont chassé tous ceux qui avaient une carrière ou une réputation à préserver. Il ne restait plus que les fous, les bagarreurs qui accueillaient le combat et se réjouissaient d’être qualifiés de nazis. Depuis au moins le début des années 2000, le révisionnisme rationnel de l’Holocauste est tombé aux mains des négationnistes irrationnels, des idéologues extrémistes débiles qui ne s’intéressent pas à la recherche et à la documentation historiques. Ils veulent juste « combattre les Juifs ». C’est le combat, et non l’historiographie, qui les attire.

Une autre ironie, celle-ci totalement prévisible : Alors que les révisionnistes rationnels étaient attaqués et chassés en tant que nazis, le domaine a été cédé aux nazis réels.

C’est le résultat final de la criminalisation des discours. Les voix rationnelles se taisent, parce que les personnes rationnelles – capables comme elles le sont de peser les actions et les conséquences – font le calcul et se rendent compte qu’il est plus prudent de se retirer et de se taire, alors que parler librement pourrait leur coûter leur gagne-pain ou leur liberté. Ce qui s’est passé avec l’histoire de l’Holocauste se produira bientôt avec des sujets comme la biologie masculine et féminine et l’héritabilité du QI. Toute personne ayant quelque chose à perdre y réfléchira à deux fois avant de remettre en question l’orthodoxie de la gauche sur ces sujets. C’est ce que font les pénalités de discours ; elles effraient exactement les personnes qui ont la capacité intellectuelle de faire valoir au mieux les arguments que les pénalisateurs ne veulent pas faire valoir. Et une fois qu’un domaine est abandonné aux fous qui débitent des absurdités, le public devient encore plus accueillant à l’égard des interdictions de parole, en raison de la répugnance générale de ceux qui sont réduits au silence.

En ce moment, à l’Ouest, on a une peur bleue de la parole. Le fait qu’un candidat à la présidence d’un grand parti politique américain puisse se présenter sur un programme de limitation des discours afin de « sauver la démocratie » montre à quel point les choses vont mal. Et tout a commencé avec l’Holocauste. L’histoire de l’Holocauste est précieuse et « trop de discours » constitue une menace pour elle. C’est pourquoi il faut limiter le discours pour « sauver » l’histoire de l’Holocauste. La démocratie est précieuse et « trop de discours » constitue une menace pour elle. Par conséquent, limitez le discours à « sauver » la démocratie. L’acceptation du premier précepte a conduit à l’acceptation du second.

Il y a trente ans, les personnes saines d’esprit avaient une chance d’arrêter la folie. Mais ils se sont laissés aller à un chantage émotionnel pour accepter la conviction que, dans « certaines circonstances », la liberté d’expression et le débat ouvert sont nuisibles et doivent être limités. Ils ont supposé que ces circonstances resteraient spéciales. Elles sont maintenant la norme.

Vous vous êtes fait avoir. Et comme toute personne crédule qui est la proie d’une histoire triste au service d’une longue arnaque, vous n’avez finalement personne à blâmer à part vous-même.

Source: Taki’s Magazine


https://grandfacho.com/?p=28029


Bof, pour altérer le premier amendement, les 3/4 des élus de chacune des deux chambres du Congrès, le Président, la Cour suprême, le 3/4 des états, selon le 3/4 des élus, doivent être en accord, sous la menace du second amendement, pratiqué par 80 millions d'américains…]


Return to “Forum Révisionniste en Français”

Who is online

Users browsing this forum: No registered users and 1 guest