Un ex-infirmier d'Auschwitz apte à comparaître

Moderator: Moderator

User avatar
phdnm
Valuable asset
Valuable asset
Posts: 2304
Joined: Tue Jun 05, 2012 12:11 pm

Un ex-infirmier d'Auschwitz apte à comparaître

Postby phdnm » 1 year 11 months ago (Tue Dec 01, 2015 12:00 pm)

Un ex-infirmier d'Auschwitz apte à comparaître


01/12/2015

Un ancien infirmier d'Auschwitz âgé de 95 ans a été jugé en appel apte à comparaître devant un tribunal, bien que ses facultés physiques et cognitives soient très amoindries, a annoncé aujourd'hui la justice allemande, ouvrant la voie à un procès.

L'accusé, baptisé Hubert Z. selon la presse allemande, doit répondre de "complicité" dans l'extermination d'au moins 3681 Juifs gazés dès leur arrivée dans le camp emblématique de la Shoah à la fin de l'été 1944.

La cour d'appel de Rostock (nord-est), invalidant la décision rendue en première instance en juin, a estimé vendredi qu'il n'était pas "totalement inapte" à être jugé. Les magistrats relèvent dans un communiqué les "troubles cognitifs" et les "faibles capacités physiques" de l'ancien nazi mais estiment pouvoir les compenser par des aménagements de l'audience.

Assisté de "trois défenseurs", le nonagénaire pourra bénéficier de "pauses, interruptions, soins médicaux", faire répéter les questions du tribunal et solliciter des explications, détaille le communiqué. Aucune date n'a cependant été fixée pour l'ouverture de l'audience et nombre de procédures identiques, même très avancées, ont buté ces dernières années sur l'état de santé des suspects.

Selon le parquet, l'accusation couvre 14 convois de déportés arrivés à Auschwitz entre le 15 août et le 14 septembre 1944, venus de Lyon, Rhodes, Trieste, Mauthausen, Vienne et Westerbork.



http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/ ... raitre.php



User avatar
phdnm
Valuable asset
Valuable asset
Posts: 2304
Joined: Tue Jun 05, 2012 12:11 pm

Re: Un ex-infirmier d'Auschwitz apte à comparaître

Postby phdnm » 1 year 10 months ago (Mon Jan 18, 2016 7:04 am)

Allemagne: Un ex-infirmier d'Auschwitz de 95 ans jugé fin février


Malgré ses « troubles cognitifs » et ses « faibles capacités physiques », l’ancien SS n’est pas « totalement inapte » à être jugé, a estimé un tribunal en appel…

18.01.2016

Un ancien infirmier d’Auschwitz âgé de 95 ans, en poste lorsqu’est arrivé le convoi d’Anne Frank, sera jugé à partir du 29 février en Allemagne bien que ses facultés physiques soient très amoindries, a annoncé ce lundi la justice allemande.

Hubert Zafke répondra devant le tribunal de Neubrandenbourg de « complicité » dans l’extermination d’au moins 3 681 hommes, femmes et enfants juifs gazés dès leur arrivée dans le camp emblématique de la Shoah, entre le 15 août et le 14 septembre 1944.

Pas « totalement inapte » à être jugé

Le tribunal avait refusé en juin 2015 d’ouvrir son procès, invoquant sa santé déclinante. Mais cette décision a été invalidée en appel en décembre, au motif que l’ancien SS, malgré ses « troubles cognitifs » et ses « faibles capacités physiques », n’est pas « totalement inapte » à être jugé. Au-delà des quelques dates prévues en mars, le calendrier d’audience reste flou et suspendu à l’état de santé de l’accusé, a néanmoins averti lundi un porte-parole du tribunal auprès de l’agence allemande DPA.

L’accusation contre Hubert Zafke couvre 14 convois de déportés arrivés à Auschwitz entre le 15 août et le 14 septembre 1944, venus de Lyon, Rhodes, Trieste, Mauthausen, Vienne et Westerbork. Dans ce dernier train, ultime convoi parti du camp de transit néerlandais, se trouvaient Anne Frank, ses parents Otto et Edith et sa sœur aînée Margot.

Une douzaine de procédures encore en cours

La famille de l’adolescente recluse deux ans à Amsterdam pour échapper aux nazis, dont le journal intime est devenu mondialement célèbre, a survécu à la « sélection » entre les déportés jugés aptes au travail et ceux qui étaient immédiatement gazés. Mais Edith est morte d’épuisement en janvier 1945 à l’infirmerie d’Auschwitz et ses deux filles, transférées à l’automne 1944 à Bergen-Belsen, y ont succombé début 1945 avant l’arrivée des troupes britanniques.

Une douzaine de procédures sont encore en cours en Allemagne contre d’anciens SS, quelques mois après la condamnation à quatre ans de prison d’Oskar Gröning, ex-comptable d’Auschwitz. Parmi les plus avancées figure celle contre Reinhold Hanning, 93 ans, ancien garde d’Auschwitz qui comparaît à partir du 11 février à Detmold, en présence des parties civiles venues des Etats-Unis, de Hongrie et d’Israël.

Ces procès tardifs illustrent la volonté allemande de juger « jusqu’au dernier » les criminels du IIIe Reich, après des décennies d’un bilan judiciaire très décrié, marqué par de rares et faibles condamnations.


http://www.20minutes.fr/monde/1768043-2 ... in-fevrier

User avatar
phdnm
Valuable asset
Valuable asset
Posts: 2304
Joined: Tue Jun 05, 2012 12:11 pm

Re: Un ex-infirmier d'Auschwitz apte à comparaître

Postby phdnm » 1 year 8 months ago (Mon Feb 29, 2016 8:26 am)

Le procès d'un ex-infirmier d'Auschwitz ajourné au 14 mars pour raisons de santé


29 février 2016

Neubrandenbourg (Allemagne)

Le procès d'un ex-infirmier d'Auschwitz de 95 ans, ouvert lundi en son absence pour raisons de santé, a été ajourné et devrait reprendre le 14 mars en Allemagne si une nouvelle expertise médicale le permet.

Hubert Zafke devait répondre de "complicité" dans l'extermination d'au moins 3.681 Juifs gazés dès leur arrivée dans le camp emblématique de la Shoah, entre le 15 août et 14 septembre 1944.

"Vous constatez avec moi qu'une place est vide sur les bancs de la défense", a déclaré en ouverture le président du tribunal de Neubrandenbourg (est), Klaus Kabisch, expliquant que l'accusé avait été examiné la veille par un médecin urgentiste.

Ce dernier a "fait état de pensées suicidaires, d'une réaction de stress et d'hypertension", a expliqué le juge, affirmant que le médecin avait estimé l'ancien nazi "intransportable" et dans "l'incapacité d'être jugé".

Le dossier Zafke fait partie d'une douzaine de procédures tardives engagées par la justice allemande contre d'anciens SS, censées illustrer la volonté de juger "jusqu'au dernier" les criminels nazis après des décennies d'un bilan judiciaire décrié.

Mais ces procédures se heurtent à l'âge avancé des accusés, comme l'illustre le cas de M. Zafke, objet d'une querelle d'experts depuis près d'un an.

En juin 2015, le tribunal de Neubrandenbourg avait d'abord décidé de ne pas le juger, de premières expertises ayant conclu qu'il était incapable de participer aux débats. Cet avis a été invalidé en appel, un nouvel expert jugeant que M. Zafke disposait certes de "faibles capacités physiques et cognitives" mais n'était pas "totalement inapte".

- 'Cache-sexe' -

La controverse médicale ne s'est pas éteinte pour autant, le tribunal ayant annoncé avant même l'audience qu'il souhaitait réexaminer la capacité de l'accusé à comparaître, au grand dam des parties civiles et, fait rare, du parquet.

Ces derniers, invoquant la partialité du tribunal, ont sans succès déposé une demande de récusation de M. Kabisch et de ses assesseurs.

"Nous n'avons pas eu jusqu'à ce matin connaissance (de l'examen médical effectué dimanche) et la question se pose" de savoir si cette attestation "établit suffisamment" l'incapacité de l'accusé à être jugé, a déclaré à l'AFP le procureur Thomas Bardenhagen.

Après des échanges tendus entre les parties et le tribunal, ce dernier a décidé une nouvelle expertise qui doit avoir lieu peu avant le 14 mars.

"Mon client est mourant et se trouvera bientôt devant le juge suprême", a déclaré à l'AFP l'avocat de M. Zafke, Peter-Michael Diestel, contestant la légitimité de cette procédure "humainement préoccupante" et politiquement "douteuse".

"Je considère extrêmement pénible que la justice allemande n'ait pas ou seulement de manière lacunaire travaillé sur l'Holocauste et que l'on cherche à organiser un cache-sexe avec ce genre de procès".

"On inflige ça aux mauvaises personnes alors que dans les années 1960-70, les responsables ont été renvoyés chez eux avec des peines de complaisance, des non-lieux ou des acquittements", a souligné cet avocat à succès, qui fut par ailleurs le dernier ministre de l'Intérieur de RDA.

M. Diestel a rappelé que son client avait déjà été condamné en Pologne à quatre ans de prison pour ses activités à Auschwitz, pour une période différente de celle examinée aujourd'hui.

Sur le laps de temps visé par l'accusation, 14 convois de déportés sont arrivés à Auschwitz en provenance de Lyon, Rhodes, Trieste, Mauthausen, Vienne et Westerbork.

Dans ce dernier train, ultime convoi parti du camp de transit néerlandais, se trouvaient Anne Frank, ses parents Otto et Edith ainsi que sa s?ur aînée Margot.

La mère de l'adolescente recluse deux ans à Amsterdam, dont le journal intime est devenu mondialement célèbre, est morte d'épuisement à Auschwitz en janvier 1945 tandis qu'Anne et Margot Frank, transférées à l'automne 1944 à Bergen-Belsen, y ont succombé début 1945.

"J'attends que l'accusé s'exprime dans la mesure où il peut le faire et qu'il rompe le silence qu'il a observé pendant toute sa vie', a affirmé à l'AFP Christoph Heubner, vice-président exécutif du Comité international d'Auschwitz.

Après avoir purgé sa peine, M. Zafke s'était installé en 1951 à proximité de Neubrandenbourg, où il a travaillé jusqu'à sa retraite dans les moulins locaux, chargé de la lutte contre les animaux nuisibles.


http://www.lalibre.be/dernieres-depeche ... b7a8d679e0

User avatar
phdnm
Valuable asset
Valuable asset
Posts: 2304
Joined: Tue Jun 05, 2012 12:11 pm

Re: Un ex-infirmier d'Auschwitz apte à comparaître

Postby phdnm » 1 year 2 months ago (Mon Sep 12, 2016 9:34 am)

Au moins une dizaine d'anciens nazis échappent encore à la justice


12/09/2016

Ajourné à deux reprises en raison de la santé chancelante de l'accusé, le procès d'Hubert Zafke, un ancien infirmier d'Auschwitz de 95 ans, doit reprendre lundi en Allemagne.

Le procès a déjà été ajourné à deux reprises depuis février. La comparution d'Hubert Zafke, un ancien infirmier d'Auschwitz, doit reprendre ce lundi au tribunal de Neubrandenbourg, en Allemagne. La reprise de l'audience reste toutefois suspendue à l'avis préalable d'un médecin urgentiste. Car l'accusé, aujourd'hui âgé de 95 ans, souffre d'une santé chancelante. Cette dernière est l'objet d'une querelle d'expert qui retarde depuis un an la tenue d'un procès. «Hypertension», «pensées suicidaires», «réaction de stress»: le dernier diagnostic qui date du mois de mars avait entraîné le renvoi de l'audience jusqu'au mois de septembre. «Mon client est mourant et se trouvera bientôt devant le juge suprême», s'était offusqué son avocat, Peter-Michael Diestel, interrogé par l'AFP à l'ouverture du procès.

Pendant de longues années, Hubert Zafke est parvenu à échapper à la justice. Il vivait depuis 1951 à proximité de Neubrandenbourg, où il a eu quatre fils. Il a travaillé jusqu'à sa retraite dans les moulins locaux, chargé de la lutte contre les animaux nuisibles. Derrière cette vie d'apparence banale se cache un passé inavouable. Hubert Zafke est en effet suspecté de complicité dans l'extermination d'au moins 3681 hommes, femmes et enfants juifs gazés dès leur arrivée dans le camp entre le 15 août et le 14 septembre 1944. L'acte d'accusation couvre l'arrivée de 14 convois de déportés en provenance de Lyon, Rhodes, Trieste, Mauthausen, Vienne et Westerbork. À bord de ce dernier train figuraient notamment la jeune Anne Frank et sa famille.

Le nom d'Hubert Zafke apparaît ainsi dans une liste d'une dizaine d'anciens criminels nazis encore libres, identifiés en 2016 par le centre Simon-Wiesenthal. Cette organisation qui s'est spécialisée dans la traque des derniers criminels nazis s'est lancée depuis 2002 dans une Opération Dernière Chance en vue de les faire condamner par la justice. Si les procédures se sont multipliées en Allemagne ces dernières années, aucun d'entre eux n'a pour le moment terminé derrière les barreaux. Certains échappent toujours à leur condamnation dans un pays étranger, tandis que d'autres n'ont même jamais été jugés.

Voici, outre le cas d'Hubert Zafke, «les dix criminels nazis les plus recherchés» par le centre Simon-Wiesenthal.

Helma MASS. - Elle est la seule femme présente dans la liste établie par le centre Simon Wiesenthal. Helma Mass vit à présent dans une maison de retraite à Neumünster, à environ 100 kilomètres au nord de Hambourg, où le quotidien Die Welt a retrouvé sa trace.

Selon l'acte d'accusation, consulté par le quotidien allemand, durant la guerre, la jeune femme aspirait par-dessus tout à devenir SS. D'avril et juin 1944, ses désirs sont exaucés. Après un passage à la SS-Nachrichtenschule (école des transmissions pour sous-officiers SS), cette Allemande sert brièvement comme opératrice radio à Auschwitz. La période correspond à l'«Opération Hongrie»: l'extermination massive des Juifs hongrois, à un rythme que jamais les chambres à gaz d'Auschwitz-Birkenau n'avaient atteint auparavant. Sa fonction, aussi anodine qu'elle peut paraître, comprenait par exemple la commande par radio du Zyklon B, un gaz mortel.

À présent âgé de 92 ans, Helma Mass doit être jugée cette année par un tribunal de Kiel sous le chef de «complicité de meurtres aggravés». Aucune date n'a été fixée à son procès. Là encore, la tenue de l'audience est suspendue à un avis médical.

En juin, Reinhol Hanning était condamné à 5 ans de prison pour «complicité» dans la mort d'au moins 170.000 personnes entre janvier 1943 et juin 1944. Il a fait appel de sa condamnation.

Reinhold HANNING. - À la différence des deux premiers, cet ancien garde nazi du camp d'Auschwitz a déjà été jugé. En juin dernier, il a ainsi été condamné à 5 ans de prison pour «complicité» dans la mort d'au moins 170.000 personnes entre janvier 1943 et juin 1944. Tout au long du procès, Reinhold Hanning est resté silencieux, tête basse, les yeux rivés au sol. Il a seulement pris une fois la parole, pour demander pardon aux victimes: «J'ai honte d'avoir laissé survenir des injustices en toute connaissance de cause et de n'avoir rien fait pour m'y opposer.»


« J'ai honte d'avoir laissé survenir des injustices en toute connaissance de cause et de n'avoir rien fait pour m'y opposer. »

Reinhold Hanning, ancien garde nazi du camp d'Auschwitz .



L'Allemand est le troisième condamné d'une vague de procédures entamées ces cinq dernières années sous le chef d'accusation de «complicité de meurtres aggravés», qui n'impose pas de prouver une participation individuelle aux crimes. En 2011, le garde du camp de Sobibor, Ivan Demjanjuk, a été condamné à cinq années de prison par un tribunal de Munich. Oskar Gröning, un ancien comptable du camp d'Auschwitz âgé de 94 ans, a lui écopé en juillet 2015 d'une peine de quatre ans de réclusion. Mais, à chaque fois, les condamnés ont tous fait appel de leur condamnation. Ivan Demjanjuk est finalement mort libre avant que la Cour fédérale de justice allemande ne statue sur son affaire.

Alfred STORK. - En 2013, cet Allemand a été condamné par contumace en Italie à la réclusion à perpétuité. À 93 ans, il n'a toutefois jamais été extradé par l'Allemagne. Cet ancien caporal de la Wehrmacht est accusé d'avoir participé le 24 septembre 1943 à l'exécution de 117 officiers italiens sur l'île grecque de Céphalonie. En 2005, Alfred Stork a reconnu devant des magistrats allemands avoir fait partie des pelotons d'exécution. Le massacre de la Division Acqui coûta la vie à 5170 soldats italiens après leur reddition aux troupes allemandes. Cet épisode dramatique intervenu après l'armistice italien est l'un des plus importants massacres de prisonniers de guerre avec celui des fosses de Katyn. Il a notamment inspiré le roman La Mandoline du capitaine Corelli ainsi qu'un film, sorti en 2001.

Pour avoir pris un rôle actif dans le massacre de Padule di Fucecchio, le tribunal militaire de Rome a condamné en mai 2011 l'ex-sergent Johann Robert Riss à la prison à perpétuité. L'Allemagne refuse son extradition.

Johann Robert RISS. - C'est un des plus terribles massacres nazis perpétrés en Italie par les troupes nazies. Dans la matinée du 23 août 1944, les soldats de la 26e division blindée de l'armée allemande avaient fouillé les habitations de la zone de Padule di Fucecchio à la recherche de partisans, et tué tous les civils rencontrés sur leur chemin. 184 personnes avaient péri: 94 hommes, la plupart d'entre eux âgés, 63 femmes et 27 enfants.

Pour avoir pris un rôle actif dans ce massacre, le tribunal militaire de Rome a condamné en mai 2011 l'ex-sergent Johann Robert Riss à la prison à perpétuité. Il a été jugé par contumace, l'Allemagne refusant d'extrader ses ressortissants. À cette heure, l'intéressé n'a donc pas purgé aucun jour de prison. La justice bavaroise s'est toujours refusé à l'extrader.

Durant la guerre, Helmut Oberlander appartenait à l'Einsatzgruppe D responsable de la mort de plus de 23.000 personnes.

Helmut OBERLANDER. - L'homme de 92 ans a appartenu pendant la Seconde Guerre mondiale à l'Einsatzgruppe D responsable de la mort de plus de 23.000 personnes. Après l'invasion allemande de l'URSS, ces unités mobiles d'extermination nazie ont tué plus de 2 millions de personnes, pour la plupart des Juifs, dans toute l'Europe de l'Est. Né en Ukraine de parents d'origine germanique, l'intéressé s'est toujours défendu en assurant n'avoir joué qu'un rôle d'interprète car il parlait allemand et russe.

Helmut Oberlander vit à présent au Canada où il est arrivé en 1954. Il en est devenu citoyen à part entière six ans plus tard. Seulement, ces deux dernières décennies, le gouvernement a tenté à trois reprises de lui retirer la nationalité canadienne en vue de l'extrader vers l'Allemagne. Ottawa juge qu'il a menti à son arrivée. En juillet dernier, la Cour suprême a finalement tranché en faveur d'Helmut Oberlander considérant qu'il avait été enrôlé de force.

Helmuth Leif RASMUSSEN. - À 91 ans, ce Danois vit maintenant dans la région de Copenhague sous un faux nom, Rasbøl. En octobre 2014, le livre En skole i vold (Le Livre de la violence) révélait qu'il avait été pendant huit mois entre 1942 et 1943 gardien dans le camp de concentration de Bobrouïsk, situé dans l'actuelle Bélarusse. Les auteurs, les historiens danois Therkel Straede et Dennis Larson, s'appuyaient sur un rapport de police de 1945. D'après eux, près de 1000 Danois ont servi à Bobrouïsk, où au moins 1400 Juifs ont perdu la vie.


« Nous étions là que pour être formés au métier de soldat et n'avions rien à voir avec le reste. »

Helmuth Leif Rasmussen, gardien dans le camp de concentration de Bobrouïsk.



Si l'intéressé a plus tard concédé avoir fait partie d'une unité volontaire créée par le parti nazi danois, il explique s'être rendu là-bas pour suivre un simple entraînement militaire. «Nous étions là que pour être formés au métier de soldat et n'avions rien à voir avec le reste», a-t-il affirmé au quotidien Berlingske. En juillet 2015, le directeur du centre Simon-Wiesenthal d'Israël, Efraim Zuroff, s'est rendu personnellement à Copenhague pour porter plainte contre lui.

Aksel ANDERSEN. - Cet autre Danois, qui vit aujourd'hui en Suède, est lui aussi passé entre 1942 et 1943 dans le camp de Bobrouïsk.

Algimantas DAILIDE. - Cet ex-officier de la police de Vilnius a participé à des rafles de Juifs. Après-guerre, le Lituanien immigre aux États-Unis. Algimantas Dailide sera finalement extradé en 2004 et jugé dans son pays d'origine. Il a été condamné à 5 ans de prison pour l'arrestation d'une douzaine de Juifs, femmes et enfants compris, qui tentaient d'échapper au ghetto de Vilna dans les années 1941-1944. Il a également été reconnu coupable dans l'arrestation de deux ressortissants polonais qui ont été emprisonnés pour des raisons politiques. En 2006, un tribunal de Vilna le dispensait de peine pour raisons de santé et considérant qu'il ne présentait plus une menace pour la société. À 95 ans, il vit désormais en Allemagne. En 2008, le quotidien israélien Haaretz l'a retrouvé dans la petite ville de Kirchberg, en Saxe.

Jakiw PALIJ. - À 94 ans, il est le dernier criminel nazi inquiété aux États-Unis. D'origine polonaise, il s'est vu retirer sa citoyenneté en 2003 pour avoir menti lorsqu'il a demandé un visa d'immigration en 1949.

De 1943 à 1945, il a servi comme garde SS dans le camp de Trawniki, en Pologne, où plus de 6000 Juifs ont été tués. Lui assure avoir été enrôlé de force. «En gardant les prisonniers détenus dans des conditions inhumaines à Trawniki, Jakiw Palij a empêché leur évasion et directement contribué à leur massacre éventuel aux mains des nazis», a tranché la procureur de New York, Roslynn R. Mauskopf.

Washington a par la suite cherché à l'extrader mais tous les pays susceptibles de l'accueillir ont décliné l'offre. Jakiw Palij vit toujours au deuxième étage de son modeste appartement de Jackson Heights.

À visionner: rencontre avec le dernier chasseur de nazis en Allemagne: http://www.lefigaro.fr/international/20 ... ustice.php



http://www.lefigaro.fr/international/20 ... ustice.php

User avatar
phdnm
Valuable asset
Valuable asset
Posts: 2304
Joined: Tue Jun 05, 2012 12:11 pm

Re: Un ex-infirmier d'Auschwitz apte à comparaître

Postby phdnm » 1 year 2 months ago (Mon Sep 19, 2016 9:22 am)

Le procès d'un ex-infirmier d'Auschwitz de 95 ans s'enlise


19/09/2016

L'ancien SS répond depuis le 29 février de "complicité" dans l'extermination d'au moins 3.681 juifs gazés

"Farce", "mascarade", "spectacle indigne": les invectives fusent depuis des mois autour du procès de Hubert Zafke, ex-infirmier âgé de 95 ans du camp de concentration d'Auschwitz, qui s'est enlisé lundi en Allemagne sans aborder les faits.

L'ancien SS répond depuis le 29 février de "complicité" dans l'extermination d'au moins 3.681 juifs gazés dès leur arrivée dans le camp emblématique de la Shoah, entre le 15 août et le 14 septembre 1944. Mais la procédure tient à un fil et le fond du dossier n'a jamais été évoqué.

Dans une ambiance glaciale, un feu roulant de requêtes visant le président du tribunal, Klaus Kabisch a monopolisé les débats. A peine annoncé le rejet d'une première demande de récusation, formulée la semaine dernière par l'une des parties civiles, le parquet a à son tour accusé de "partialité" le magistrat, avant que d'autres parties civiles ne lui emboîtent le pas.

Sans un commentaire et après moins de deux heures de débat, le juge a suspendu l'audience sans fixer de rendez-vous ultérieur, précisant seulement que l'examen des diverses requêtes pourrait prendre "trois semaines".

Calé dans une chaise roulante, Hubert Zafke a assisté sans mot dire à la cinquième journée d'audience à Neubrandenbourg (nord-est) aux côtés de l'un de ses fils, pendant que les trois autres prenaient place dans la salle. Seuls une vingtaine de spectateurs se sont déplacés, dix fois moins que lors des précédents procès d'anciens nazis.

- 'Indigne' -

Hubert Zafke est le quatrième accusé d'une vague de procès tardifs du nazisme, après John Demjanjuk (2011), Oskar Gröning (2015) et Reinhold Hanning en mai dernier, tous condamnés dans une ambiance solennelle face à des salles combles.

A Neubrandenbourg, petite ville d'ex-RDA cernée par des lacs, l'audience a d'emblée livré un visage différent: celui d'une guérilla opposant le juge aux parties civiles et au parquet, qui lui reprochent notamment de remettre sans cesse la santé de l'accusé sur le tapis en multipliant les contre-expertises.

"Les parties civiles ont abandonné tout espoir que s'ouvre un jour, sous la présidence de ce magistrat, un procès qui soit autre chose qu'une farce", écrivaient la semaine passée leurs avocats, Thomas Walther et Cornelius Nestler.

"La justice a rarement offert un spectacle aussi indigne", souligne de son côté l'hebdomadaire Der Spiegel, abasourdi par le contraste avec les précédents procès, émouvants et denses.

Soixante-dix ans après la Seconde guerre mondiale, l'âge avancé des suspects a fait échouer nombre de procédures. Un ex-gardien d'Auschwitz est mort une semaine avant son procès en avril, alors qu'une ancienne télégraphiste du même camp a été jugée récemment inapte à comparaître.

Mais jamais la question n'avait empoisonné à ce point une audience, et personne ne sait si le tribunal examinera un jour les charges pesant sur Hubert Zafke.

Faute de débat judiciaire, les escarmouches entre accusation et défense se sont déplacées dans la presse où l'avocat de M. Zafke, Peter-Michael Diestel, a fustigé une procédure "humainement préoccupante" et "politiquement douteuse".

"Je considère extrêmement pénible que la justice allemande n'ait pas, ou seulement de manière lacunaire, travaillé sur l'Holocauste et que l'on cherche à organiser un cache-sexe avec ce genre de procès", déclarait en février ce pénaliste de renom.

La rareté des condamnations d'anciens nazis au XXe siècle a souvent été invoquée ces dernières années pour justifier la volonté de les juger "jusqu'au dernier".

Mais pour Me Diestel, "on inflige ça aux mauvaises personnes alors que dans les années 1960-1970, les responsables ont été renvoyés chez eux avec des peines de complaisance, des non-lieux ou des acquittements".

Engagé à 19 ans dans la Waffen SS, Hubert Zafke a combattu sur le front de l'Est, suivi une brève formation au camp de Dachau et servi à Neuengamme et Auschwitz, auprès des médecins chargés de "sélectionner" les déportés envoyés à la mort.

Sur la période visée par l'accusation, 14 convois de déportés sont arrivés à Auschwitz. Dans l'un d'eux se trouvaient Anne Frank, auteur du célèbre journal, ses parents et sa sœur aînée.

La mère de l'adolescente néerlandaise est morte d'épuisement à Auschwitz. Les deux soeurs ont succombé à Bergen-Belsen début 1945.


http://www.i24news.tv/fr/actu/internati ... s-s-enlise

User avatar
phdnm
Valuable asset
Valuable asset
Posts: 2304
Joined: Tue Jun 05, 2012 12:11 pm

Re: Un ex-infirmier d'Auschwitz apte à comparaître

Postby phdnm » 1 year 1 month ago (Thu Oct 06, 2016 10:04 pm)

Le procès d’un ex-infirmier d’Auschwitz va devoir redémarrer de zéro


06/10/2016

La justice allemande a renoncé jeudi à poursuivre en l’état le procès d’Hubert Zafke, ex-infirmier âgé de 96 ans du camp de concentration d’Auschwitz, et devra redémarrer toute la procédure judiciaire.

«L’audience de reprise prévue le 10 octobre n’aura pas lieu. […] Le procès doit redémarrer au point de départ et il est impossible de dire quand cela pourra être le cas», a indiqué un porte-parole du tribunal concerné de Neubrandenbourg (est).

La procédure s’est enlisée en raison de plusieurs demandes de récusation des juges, à la fois par le parquet et les parties civiles, qui les accusaient de «partialité».

L’accusé, un ancien SS, répond de «complicité» dans l’extermination d’au moins 3.681 juifs gazés dès leur arrivée dans le camp emblématique de la Shoah entre le 15 août et le 14 septembre 1944.

Depuis l’ouverture du procès le 29 février, les faits n’avaient jamais été abordés, les audiences ayant été le théâtre de batailles de procédure et d’experts sur la santé de l’accusé, ainsi que de requêtes en récusation visant le tribunal.

Hubert Zafke est le quatrième accusé d’une vague de procès tardifs du nazisme, après John Demjanjuk (2011), Oskar Gröning (2015) et Reinhold Hanning en mai dernier, tous condamnés dans une ambiance solennelle face à des salles combles.

Mais dans le cas de Zafke «la justice a rarement offert un spectacle aussi indigne», a récemment estimé l’hebdomadaire Der Spiegel, abasourdi par le contraste avec les précédents procès.

Engagé à 19 ans dans la Waffen SS, Hubert Zafke a combattu sur le front de l’Est, suivi une brève formation au camp de Dachau et servi dans ceux de Neuengamme et Auschwitz, auprès des médecins chargés de «sélectionner» les déportés envoyés à la mort.

Sur la période visée par l’accusation, 14 convois de déportés sont arrivés à Auschwitz. Dans l’un d’eux se trouvaient Anne Frank, auteur du célèbre journal, ses parents et sa soeur aînée. La mère de l’adolescente néerlandaise est morte d’épuisement à Auschwitz. Les deux soeurs ont succombé à Bergen-Belsen début 1945.


http://www.lavenir.net/cnt/dmf20161006_00892041

User avatar
phdnm
Valuable asset
Valuable asset
Posts: 2304
Joined: Tue Jun 05, 2012 12:11 pm

Re: Un ex-infirmier d'Auschwitz apte à comparaître

Postby phdnm » 2 months 3 weeks ago (Thu Aug 31, 2017 9:43 am)

Allemagne: vers l’arrêt des poursuites contre un ex-infirmier d’Auschwitz


3108/2017

Les expertises menées sur l’accusé ont conclu que sa « démence » a atteint « un degré qui ne lui permet plus (…) de défendre ses intérêts ».

Son procès s’était embourbé et devait repartir de zéro. Le parquet de Schwerin dans le nord-est de l’Allemagne a requis ce jeudi l’arrêt des poursuites pour des raisons de santé contre Hubert Zafke, 96 ans et ancien infirmier du camp d’extermination d’Auschwitz.

Selon les experts psychiatres qui ont examiné le nonagénaire, ce dernier « n’est pas apte à comparaître » devant un tribunal, a indiqué dans le Parquet en charge de l’accusation, dans un communiqué.

Hubert Zafke était poursuivi pour « complicité » dans l’extermination d’au moins 3681 Juifs gazés dès leur arrivée dans le camp emblématique de la Shoah, entre le 15 août et 14 septembre 1944.

Sur la période visée par l’accusation, 14 convois de déportés sont arrivés à Auschwitz. Dans l’un d’eux se trouvaient Anne Frank, auteur du célèbre journal, ses parents et sa soeur aînée. La mère de l’adolescente née en Allemagne est morte d’épuisement à Auschwitz. Les deux soeurs ont succombé à Bergen-Belsen début 1945.

Un procès ouvert en février 2016

Le procès de l’infirmier s’était ouvert en février 2016 devant le tribunal de Neubrandenbourg (est) mais s’était rapidement enlisé. Les audiences étaient devenues le théâtre de batailles de procédure et d’experts sur la santé de l’accusé et de requêtes en récusation visant le tribunal.

En octobre 2016, la justice avait même demandé à ce que le procès redémarre au point de départ.

Depuis, les expertises menées sur l’accusé ont montré que « la démence constatée en octobre 2015 chez (lui), et qui à l’époque ne lui permettait d’assister aux audiences que de façon limitée, a entretemps atteint un degré qui ne lui permet plus (…) de défendre ses intérêts » ni de suivre le cours des débats, indique le Parquet de Schwerin dans son communiqué.

Face à ces conclusions, le Parquet est légalement tenu de demander la clôture de la procédure, précise le communiqué.

Le tribunal de Neubrandenbourg doit maintenant trancher mais sa décision ne fait guère de doute : la juridiction va « rapidement » clore la procédure, a indiqué à l’AFP un porte-parole du tribunal.

Engagé à 19 ans dans la Waffen SS, Hubert Zafke a combattu sur le front de l’Est, avant de servir dans les camps de Neuengamme et Auschwitz, auprès des médecins chargés de « sélectionner » les déportés envoyés à la mort.

Hubert Zafke était le quatrième accusé d’une vague de procès tardifs du nazisme, après John Demjanjuk, Oskar Gröning et Reinhold Hanning, tous condamnés dans une ambiance solennelle face à des salles combles.


https://www.cielfm.be/allemagne-vers-la ... auschwitz/

User avatar
phdnm
Valuable asset
Valuable asset
Posts: 2304
Joined: Tue Jun 05, 2012 12:11 pm

Re: Un ex-infirmier d'Auschwitz apte à comparaître

Postby phdnm » 2 months 1 week ago (Tue Sep 12, 2017 9:14 am)

Allemagne: arrêt des poursuites contre un ex-infirmier d'Auschwitz


12 septembre 2017

La justice allemande a annoncé mardi clore les poursuites contre un ancien infirmier du camp d'extermination d'Auschwitz, Hubert Zafke, 96 ans, celui-ci n'étant plus "apte à comparaître", mettant fin à un long imbroglio judiciaire. Le tribunal de Neubrandenbourg a annoncé cette décision après la présentation fin août d'un nouveau rapport d'experts psychiatres qui estimait que le nonagénaire ne pouvait être jugé. "Du fait de sa démence, il n'est plus en état de suivre les audiences, de comprendre la procédure (...) et de se défendre de manière efficace", selon la cour.

Hubert Zafke était accusé de "complicité" dans l'extermination d'au moins 3.681 Juifs gazés dès leur arrivée dans le camp emblématique de la Shoah, entre le 15 août et 14 septembre 1944. Sur la période visée par l'accusation, 14 convois de déportés sont arrivés à Auschwitz. Dans l'un d'eux se trouvaient Anne Frank, auteur du célèbre journal, ses parents et sa soeur.

Le procès de M. Zafke s'était ouvert en février 2016 devant le tribunal de Neubrandenbourg mais s'était rapidement enlisé, miné par des batailles de procédure et d'experts sur la santé de l'accusé et de requêtes en récusation visant le tribunal.

En octobre 2016, la justice avait finalement demandé à ce que le procès redémarre à zéro.


http://www.lalibre.be/actu/internationa ... 627d7a7991


Return to “Forum Révisionniste en Français”

Who is online

Users browsing this forum: No registered users and 1 guest