La persécution de Wolfgang Frölich

Moderator: Moderator

User avatar
phdnm
Valuable asset
Valuable asset
Posts: 3222
Joined: Tue Jun 05, 2012 12:11 pm

La persécution de Wolfgang Frölich

Postby phdnm » 4 years 4 months ago (Mon Jun 15, 2015 1:23 am)

La persécution de Wolfgang Frölich


14 juin 2015

Wolfgang Frölich est un ingénieur chimiste autrichien, spécialiste des procédures de désinfection chimique, convaincu que la thèse d’une extermination des déportés dans des chambres à gaz nazies est une absurdité scientifique.

A partir du milieu des années 1990, Wolfgang Frölich a expédié à des avocats, des juges, des membres du parlement et des centaines d’hommes politiques ou de journalistes, des textes dans lesquels il affirmait que les prétendues chambres à gaz nazies sont un « mensonge ».
Dans un premier temps, il n’a guère été inquiété. Puis, en 2001, lors de la publication de son livre de 368 pages intitulé « Die Gaskammer Lüge » (Le mensonge des chambres à gaz), son arrestation a été décidée et il lui a fallu se cacher. La police ne semblait pas le rechercher très activement.

Le 16 juin 2003, le président des Etats-Unis, George Walker Bush, a critiqué à deux reprises les « historiens révisionnistes » pour les doutes qu’ils exprimaient quant à la version officielle de sa guerre contre l’Irak, fomentée par le lobby juif pour le compte d’Israël.

Le 19 juin 2003, lors de la Conférence sur l’antisémitisme tenue à Vienne et organisée par l’ Organisation de coopération et de développement économiques, l’ex-maire de New York Rudolf Giulani, reprenant à son compte le blabla du shoah business, a déclaré qu’il fallait mettre un terme au révisionnisme. La veille, il avait publié, dans le New York Times, un article intitulé « Comment l’Europe peut mettre un terme à la haine », dans lequel il déclarait, à propos des représentants des Etats européens : « Il est vital qu’ils s’assurent que leurs citoyens comprennent bien l’Holocauste, car les points de vue des révisionnistes nous placent devant le risque de voir se répéter un génocide fondé sur les questions de race ». Il s’agit là de la tactique juive consistant à présenter comme autant de « propos haineux » toute remise en question des mensonges du shoah business, ce qui est censé « justifier » la persécution des révisionnistes et évite de devoir répondre à leurs arguments factuels.

Deux jours plus tard, le 21 juin 2003, Wolfgang Frölich a été arrêté en Autriche. Début septembre 2003, il était condamné à un an de prison ferme et deux ans avec sursis par un tribunal de Vienne. Les preuves de la véracité de ses propos ont été décrétées « irrecevables » par le tribunal et il allait en être systématiquement de même par la suite.

En effet, la tactique des tribunaux jugeant des révisionnistes consiste à refuser d’entrer en matière sur les preuves produites par les accusés et à décréter que le génocide des juifs aurait été établi une fois pour toutes par le procès de Nuremberg, en 1945-1946, ce qui n’est d’ailleurs même pas vrai. En réalité, il a été tenu pour établi, non pas à la suite d’une enquête impartiale, mais sur la base de faux témoignages, d’« aveux » extorqués par la torture et de l’occultation de tous les documents qui contredisaient la thèse de l’accusation. Autrement dit, ce procès de Nuremberg n’a été qu’une scandaleuse parodie de justice. C’est pourtant cette parodie de justice qui sert encore actuellement d’alibi aux magistrats qui persécutent les révisionnistes.

A sa libération, le 9 juin 2004, Wolfgang Frölich s’est retrouvé sans emploi et sans ressources.

Nullement intimidé par les persécutions subies, Wolfgang Frölich a diffusé des copies des CDs condamnés à être détruits, dans lesquels il démontrait que les énormes gazages homicides de juifs sont, d’après lui, « absolument impossibles » et constituent « un non-sens technique et physique ». Il a, en outre, accusé les jurés qui l’avaient condamné d’avoir violé leur serment sous la pression du président du tribunal.

Cela lui a valu d’être à nouveau inculpé et, le 29 août 2005, un tribunal de Vienne l’a condamné à quatre ans de prison ferme. En février 2006, cette peine, jugée « disproportionnée », a été réduite à un an et demi de prison par la Cour suprême autrichienne.

En décembre de la même année, Wolfgang Frölich a assisté à la conférence sur l’Holocauste de Téhéran, en Iran, mais sans y prendre la parole.

A nouveau arrêté en juillet 2007, puis emprisonné à partir de septembre, Wolfgang Frölich a été condamné à quatre ans de prison le 14 janvier 2008. A cela s’ajoutait la révocation de sursis antérieurs, soit au total six années et cinq mois de prison supplémentaires pour de simples délits d’opinion.

Pendant sa détention, Wolfgang Frölich a écrit à diverses personnalités pour soutenir sa thèse quant à l’impossibilité d’une extermination des juifs dans des chambres à gaz nazies. Il en est résulté une nouvelle inculpation à son encontre. Le 4 octobre 2010, il était condamné à deux années de prison supplémentaires.

Wolfgang Frölich est toujours aussi actif intellectuellement et ne cesse d’assaillir de courriers les responsables politiques et judiciaires de son pays, ce qui lui permet de prendre la mesure de la lâcheté morale des élites autoproclamées.

Frank BRUNNER

On peut lui écrire à l’adresse suivante :

Wolfgang Fröhlich

JVA Stein, H. Nr. 46484

Steiner Landstr. 4

A-3504 Krems/Stein (Autriche)



http://www.interet-general.info/spip.php?article21657

User avatar
phdnm
Valuable asset
Valuable asset
Posts: 3222
Joined: Tue Jun 05, 2012 12:11 pm

Re: La persécution de Wolfgang Frölich

Postby phdnm » 4 years 3 months ago (Sat Jul 11, 2015 12:22 pm)

Trois ans de prison de plus pour Wolfgang Fröhlich!


Le 9 juillet 2015 le Landgericht de Krems a condamné Fröhlich à 3 ans d'emprisonnement.

Ce sont donc trois années supplémentaires qui s'ajoutent aux dix années auxquelles il a déjà été condamné pour délits d'opinion. Il aurait dû être libéré au terme de sa peine le 15 janvier 2016, soit dans six mois. Avec un total de treize années d'incarcération Fröhlich risque donc de dépasser le triste record de Horst Mahler, cet autre martyr de l'impitoyable répression antirévisionniste qui a cours dans l'espace germanophone.

Plusieurs des écrits adressés par Fröhlich de sa cellule au chancelier Faymann, à des autorités, à l'hebdomadaire "Profil" ou à des connaissances, courriers dans lesquels il écrivait que l'Holocauste n'avait pu se dérouler comme habituellement affirmé, ont fait partie des chefs d'accusation portés contre lui.

La condamnation qui porte donc maintenant la peine d¹emprisonnement à un total de treize années n¹a pas été prononcée cette fois pour "négation de l'Holocauste", mais pour contestation de l'arme indiquée.

Ainsi donc dans le même temps où le chancelier autrichien Werner Faymann affirme que les 70.000 immigrants entrés cette année sont des demandeurs d'asile auxquels on doit répondre positivement pour des raisons humanitaires, il prône de porter la peine d'emprisonnement d'un citoyen à treize ans au lieu des dix presque déjà accomplis pour une opinion exprimée dans une lettre qui lui a été personnellement adressée par le prisonnier. Ne se révèle-t-il pas ainsi comme étant un impitoyable et glacial persécuteur politique qui par le biais d'un apparent discours humanitaire en faveur des demandeurs d'asile cherche en réalité à dissimuler la colonisation de l'Autriche par des populations étrangères?

Fröhlich a formulé un appel sur l'issue prévisible duquel on ne se prononcera pas...


Voici l'adresse du prisonnier:

Monsieur Wolfgang Fröhlich
JVA Stein, H. Nr. 46484
Steiner Landstr. 4
A-3504 Krems/Stein
(Autriche)

User avatar
phdnm
Valuable asset
Valuable asset
Posts: 3222
Joined: Tue Jun 05, 2012 12:11 pm

Re: La persécution de Wolfgang Frölich

Postby phdnm » 4 years 3 months ago (Sun Jul 12, 2015 3:57 pm)

Trois ans de prison de plus pour Wolfgang Fröhlich !


11/07/2015

Je connais Wolfgang Fröhlich. Il maîtrise son sujet. Il s'exprime avec modération. Il n'a rien d'un excité ou d'un fanatique. Au contraire ! Il honore son pays et la science historique.

Son sort est bouleversant. On devra se rappeler pour toujours le degré d'ignominie auquel s'abaissent les "élites" qui dirigent le monde germanophone et, en particulier, les magistrats allemands ou autrichiens capables d'envoyer en prison pour treize ans un homme de cette qualité.

Parmi cent autres exemples d'indignité, rappelons le sort qu'un juge de Tübingen a réservé à l'Allemand Germar Rudolf. Auteur d'un remarquable ouvrage, Grundlagen für Zeitgeschichte (Fondations de l'histoire contemporaine), ce dernier s'est vu poursuivre par la justice de son pays.

Un éminent expert, le Dr. Joachim Hoffmann, a eu à juger de la qualité scientifique de cet ouvrage. Son rapport d'expertise a, sans ambiguïté, conclu non seulement à la valeur "académique" du travail accompli mais aussi au fait que sans aucun doute celui-ci contribuait fortement à notre compréhension de certains aspects de la Seconde guerre mondiale. Le rapport datait du 28 septembre 1995.

Près de dix mois plus tard, le 15 juin 1996, le juge Burkhardt Stein, du Tribunal de Tübingen, ordonnait la confiscation et l'INCINERATION de tous les exemplaires du livre.

Pour tout détail, on pourra consulter Dissecting the Holocaust / The Growing Critique of "Truth" and "Memory", Edited by Ernst Gauss, Theses & Dissertations Press, 2000, 608 pages ; p. 561-564.

https://archive.org/details/DissectingTheHolocaus

Robert Faurisson

User avatar
phdnm
Valuable asset
Valuable asset
Posts: 3222
Joined: Tue Jun 05, 2012 12:11 pm

Re: La persécution de Wolfgang Frölich

Postby phdnm » 3 years 11 months ago (Thu Oct 22, 2015 10:56 pm)

Autriche: Honsik décrit le sort alarmant de Fröhlich

Gerd Honsik : "Fausses expertises contre Wolfgang Fröhlich"


De son lointain exil en Espagne le poète et révisionniste Gerd Honsik n'oublie pas son ami Wolfgang Fröhlich, véritable martyr de la cause révisionniste, emprisonné dans son pays pour ses idées depuis dix ans, et qui est aujourd'hui l'objet d'une nouvelle procédure accusatoire. C'est dans cette optique que Honsik nous fait part des derniers développements de cette affaire qu'il qualifie et qu'on peut qualifier de bestiale: Enfermer pendant dix ans un père de famille parce qu'il a exprimé publiquement des opinions interdites, et qui à l'approche de sa prochaine libération voit s'ouvrir une nouvelle procédure pénale susceptible de lui coûter trois années de prison supplémentaires sur la base d'anciennes déclarations qu'on a ressorties à cette fin, est une infamie qui dépasse l'entendement et soulève le coeur.

Et c'est peut-être à cause du scandale que cette incroyable affaire risque de provoquer que la justice autrichienne s'oriente vers cette voie bien connue des régimes communistes ou similaires: le recours à la psychiatrie qui permet d'interner le prisonnier dans un asile, à vie si nécessaire, parce qu'il a été déclaré fou.

C'est bien, comme nous l'indique Honsik, ce qui semble se dessiner à l'heure actuelle pour Fröhlich.

L'expert assermenté qui a été nommé, un certain professeur Dr. Juenger, a déposé un rapport qui en substance aboutit à la conclusion suivante:

L'irresponsabilité pénale d'une personne (il s'agit donc ici de Fröhlich) ne peut être invoquée et mise en cause que si les paroles et idées délirantes qui sont celles de la personne en cause (telles par exemple que celle consistant à nier obstinément la réalité du génocide des juifs pendant la dernière guerre) sont générales pour tout ce qui concerne l'intéressé et se rapporte sinon à tout, du moins à une grande partie de tout ce qu'il fait ou dit.

Pourquoi une pareille déclaration et que veut-elle dire?

Tout simplement que l'accusation n'aura pas à craindre de revivre avec Fröhlich l'avatar qu'elle a connu avec deux autres "négateurs de l'Holocauste et des chambres à gaz" nommés Franz Scheidel et Emil Lachout qui sont finalement sortis libres du procès qui leur avait été intenté.

Concernant ces deux révisionnistes des experts différents avaient en effet déclaré pour chacun d'eux que leurs thèses sur l'Holocauste étaient à ce point délirantes qu'il fallait les déclarer irresponsables, si bien qu'en définitive les deux accusés étaient sortis libres sans avoir été l'objet de sanctions véritables.

Mais ces mêmes experts n'avaient pas manqué de préciser que pareille irresponsabilité ne pouvait se rapporter qu'à ce qu'il fallait considérer comme étant l'obsession maladive propre aux deux accusés, à savoir l'Holocauste, mais que pour tout autre sujet concernant les actes et la vie de Scheidel comme de Lachout, ceux-ci demeuraient juridiquement parfaitement responsables, leur folie ne portant que sur un objet qui leur était obsessionnel.

Rien de tel dans le cas Fröhlich qui a appris qu'il va être l'objet de nouveaux examens psychiatriques, mais qui ne risque pas de revivre ce qui a si bien réussi avec Scheidel et Lachout.

En effet, pour l'expert Juenger, en charge du cas Fröhlich, nul ne peut être déclaré juridiquement irresponsable si les idées aberrantes qu'il professe ne portent que sur un sujet (par exemple l'Holocauste) sans s'étendre pour autant à l'ensemble de la vie de la personne en cause. Il s'ensuit que dès lors que les examens psychiatriques auxquels Fröhlich va être soumis auront démontré et ne doutons pas qu'il en sera ainsi qu'en dehors de ses obsessions sur l'Holocauste Fröhlich est parfaitement sain d'esprit, il ne pourra pas être déclaré juridiquement et pénalement irresponsable.

Résumons en quelques lignes la position radicalement différente de cet expert Juenger, apparemment soucieux de veiller à ce que Fröhlich puisse demeurer incarcéré, d'avec celle de ses collègues:

Dans le cas Scheidl et Lachout ceux-ci avaient déclaré pour chacun de leurs patients : Vous êtes certes considérés en général comme sains d'esprit, mais sur un thème qui pour vous est obsessionnel, à savoir l'Holocauste, vos déclarations et vos actes sont ceux d'un aliéné. En conséquence cela vous rend à ce sujet juridiquement et pénalement irresponsables.

Dans le cas Fröhlich la déclaration de l'expert est tout autre:

Sur un thème qui pour vous est obsessionnel, lui dit-on, à savoir l'Holocauste, vos déclarations et vos actes sont ceux d'un aliéné. Mais cela ne vous exonère en rien de votre responsabilité juridique et pénale en la matière car d'une façon générale, et sur tout autre sujet, vous êtes considéré et avez été déclaré comme étant sain d'esprit.

Que va-t-il advenir du martyr autrichien nommé Wolfgang Fröhlich, victime d'une persécution sans exemple exercée par un organisme d'Etat autrichien qui n'a plus de justice que le nom ? Seul l'avenir nous le dira.


*********


L'affaire est sérieuse ! Prenez vos plumes et inondez la prison de courriers de soutien à Fröhlich (*) à l'adresse suivante:

Monsieur Wolfgang Fröhlich
JVA Stein, H. Nr. 46484
Steiner Landstr. 4
A-3504 Krems/Stein
(Autriche)



(*) La prison refuse les courriers qui ne sont pas en allemand.
Pas de problème: utilisez un traducteur en ligne:
http://www.reverso.net/text_translation.aspx?lang=FR
Et le tour est joué. C'est enfantin et Fröhlich mérite bien ce petit effort!

User avatar
phdnm
Valuable asset
Valuable asset
Posts: 3222
Joined: Tue Jun 05, 2012 12:11 pm

Re: La persécution de Wolfgang Frölich

Postby phdnm » 3 years 4 months ago (Sat Jun 11, 2016 6:54 am)

Un très vague espoir pour Wolfgang Fröhlich



L'Autriche semble être le pays européen le plus répressif en matière de révisionnisme. Nous avons vu, le 15 mars dernier, que tous les magistrats allaient devoir suivre un module d'histoire du XXe siècle et visiter le camp de Mauthausen, et, le 7 mai, que Facebook avait bloqué 401 contenus pour négation de l'Holocauste... Rien de bon pour notre si courageux prisonnier Wolfgang Fröhlich, ingénieur, 64 ans, enfermé depuis août 2007 dans la prison de Krems (sans parler de ses emprisonnements antérieurs, toujours pour révisionnisme).

Le 19 mai Wolfgang Fröhlich nous adressait la copie d'une lettre qu'il venait d'envoyer à la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH en français, ECHR en allemand - on pourra nous réclamer cette lettre en allemand). Il s'agissait de sa quatrième "plainte relative aux droits de l'homme contre la République d'Autriche", les trois précédentes étant restées SANS RÉPONSE ! - Honte à ces juges autrichiens qui ne se donnent même pas la peine de répondre à un homme de grande classe ! W. Fröhlich s'indignait donc de n'avoir pas reçu le moindre accusé réception à ses courriers des 25 novembre 2015, 1er février 2016 et 28 avril 2016.

Or, quelques jours plus tard, il écrivait ce qui suit à l'un de nos correspondants allemands (merci à Jacqueline Berger de sa traduction):

<< Parfois, il existe encore des miracles! La CEDH s'est manifestée à moi d'une manière surprenante par un courrier étrangement court et sybillin accompagné d'un nouveau formulaire de demande de recours en matière de droits de l'homme contre la République d'Autriche ! Mon dernier courrier à la CEDH (ci-joint) et celui de la CEDH se sont donc croisés. Je ne sais pas combien de formulaires je devrai encore remplir ! A Strasbourg, les corbeilles à papier doivent déborder de mes plaintes relatives aux droits de l'homme qui y ont été jetées !

<< Ainsi on se moque des victimes qu'on prend pour des imbéciles. De plus en plus me vient l'idée que le juge autrichien à la CEDH a bloqué mes requêtes ou plutôt les avait bloquées. On ne doit s'étonner de rien dans ce pays. >>


Les juges autrichiens vont-ils enfin, un jour, rendre à sa famille cet homme qui, parce qu'il est ingénieur et, qui plus est, ingénieur spécialiste des questions de désinfection (!), affirme que les prétendus gazages dans les camps allemands de la Deuxième Guerre mondiale sont une impossibilité radicale ?

Ne le laissons pas tomber.

Voici son adresse (il faut écrire en allemand ou simplement envoyer une jolie carte):

Monsieur Wolfgang Fröhlich
JVA Stein, H. Nr. 46484
Steiner Landstr. 4
A-3504 Krems/Stein
(Autriche)

User avatar
phdnm
Valuable asset
Valuable asset
Posts: 3222
Joined: Tue Jun 05, 2012 12:11 pm

Re: La persécution de Wolfgang Frölich

Postby phdnm » 3 years 3 weeks ago (Thu Sep 29, 2016 9:56 pm)



Au début du mois de septembre nous recevions du révisionniste autrichien Wolfgang Fröhlich, ingénieur, 64 ans, enfermé depuis août 2007 dans la prison de Krems (sans parler de ses emprisonnements antérieurs, toujours pour révisionnisme), un courrier contenant deux messages : une lettre qu'il adresse à tous ses correspondants et le relevé des "actes criminels commis contre lui par les juges et procureurs autrichiens".

Grâce à notre "fidèle traducteur", que nous remercions, nous pouvons diffuser en français ces deux messages, le premier qu'on trouvera ci-dessous, le second en pièce jointe. Nous espérons vivement qu'il y aura parmi nos correspondants bon nombre de personnes dévouées qui prendront le soin, sinon d'écrire aux autorités autrichiennes ou internationales comme le réclame W. Fröhlich, du moins d'envoyer un petit mot (en allemand !) ou une carte à ce héros bouleversant, père de famille, que sa femme attend depuis tant d'années...

Voici donc la lettre de Wolfgang Fröhlich :


Prison de Stein - Fin d’été 2016

Chers correspondants,

Je recherche toutes personnes honnêtes pour qui le rétablissement de la légalité en Autriche et une étude correcte de l’histoire contemporaine les inciteraient à déposer plainte auprès de juridictions nationales ou internationales contre des juges et procureurs coupables de mettre en œuvre des procédés de terreur contre ma famille et moi-même et qui ne sont en fait que les agents d’une justice politique s’exerçant en Autriche. Voir en annexe la liste des délits commis en la matière et dont chacun à lui seul est à tenir pour un acte de forfaiture.

Par ailleurs, si vous en avez la possibilité, je vous serais reconnaissant de diffuser ce texte et son annexe sur Internet ainsi que dans le cercle de vos connaissances.

Ces magistrats et autres gens de robe ne sont en effet que des politiciens fanatiques et haineux, dépourvus de toute conscience, considérant l’État comme une sorte de bien propre et qui dans leur délire se sont fabriqué leurs propres règles de "droit". Mais, aussi longtemps que le public sera tenu dans l’ignorance des actes délictueux véritablement écœurants qu'ils ont commis et ne cessent de commettre, aucune action de mise en cause de leur responsabilité ne pourra être engagée.

A cet égard mes requêtes judiciaires et lettres adressées aux autorités et hommes politiques sont, à part quelques rares exceptions, superbement ignorées depuis des années par leurs destinataires. On ne peut y voir là qu'un consentement -qui tacet consentire videtur- à ces crimes judiciaires sans précédent!

Avec mes meilleures salutations depuis la prison pour délit d'opinion sise en l’État de droit démocratique d'Autriche.

Wolfgang Fröhlich, ingénieur diplômé

Pièce jointe : Circulaire concernant la nature des délits commis par des juges et procureurs autrichiens


On voudra donc bien se reporter à la pièce ci-jointe que W. Fröhlich aimerait bien voir circuler.

Quant à l'adresse du prisonnier, la voici:

Dipl.-Ing. Wolfgang Fröhlich
JVA Stein, H.Nr. 46484
Steiner Landstrasse 4
A-3504 KREMS/STEIN
(Autriche)

User avatar
phdnm
Valuable asset
Valuable asset
Posts: 3222
Joined: Tue Jun 05, 2012 12:11 pm

Re: La persécution de Wolfgang Frölich

Postby phdnm » 1 year 9 months ago (Sat Dec 23, 2017 11:46 pm)

Pensons à Wolfgang Fröhlich


Le moment est venu de penser, comme chaque année, à ceux de nos amis qui passeront Noël en prison.

Ce sera le cas, pour la treizième année consécutive, de l'ingénieur Wolfgang Fröhlich qui, cette année encore, passera Noël seul au fond d'une cellule de prison autrichienne, pour avoir contester l'existence des chambres à gaz allemandes.

Je voudrais donc aujourd'hui vous inviter à écrire une petite carte de vœux à Wolfgang Fröhlich, afin de le réconforter et de lui montrer qu'il ne sera jamais seul face à l'injustice.

Voici l'adresse :

Wolfgang Fröhlich
JA-Stein, H. Nr. 46484
Steiner Landstrasse 4
5604 Krems/Stein
Autriche


Les prisons autrichiennes n'acceptent que le courrier écrit en allemand. Pour ceux qui ne parleraient pas la langue de Goethe :

- Joyeux Noël et Bonne Année! => Frohe Weihnachten und einen guten Rutsch ins neue Jahr!

- Bon courage! => Viel Glück!

User avatar
phdnm
Valuable asset
Valuable asset
Posts: 3222
Joined: Tue Jun 05, 2012 12:11 pm

Re: La persécution de Wolfgang Frölich

Postby phdnm » 1 year 8 months ago (Fri Jan 26, 2018 10:56 pm)

La santé de Wolfgang Fröhlich se dégrade


La santé de l'ingénieur autrichien Wolfgang Fröhlich, toujours prisonnier en Autriche, se détériore sérieusement. Dans une lettre datée du 9 décembre 2017, il indique qu'il a récemment fait un infarctus qui lui a valu la pose de trois endoprothèses vasculaires. Treize années d'emprisonnement pour révisionnisme n'ont pas entamé la combativité de Wolfgang Fröhlich qui continue de dénoncer le mythe des chambres à gaz même depuis sa cellule, mais ont mis sa santé à rude épreuve

Nous ne saurions trop encourager chacun de nos lecteurs à envoyer une lettre ou même une simple carte postale pour apporter soutien et réconfort à ce courageux révisionniste.

Voici quelques formules utiles en allemand :
- Cher Monsieur Fröhlich => Lieber Herr Fröhlich
- J'espère que vous vous remettrez sur pied d'ici peu => Ich hoffen, dass Du im Nu wieder auf die Beine kommst.
- Tenez bon ! => Halt die Ohren steif!
- Bon courage ! => Viel Glück!
- Amicalement, => Beste Grüße

Les prisons autrichiennes et allemandes n'acceptant que le courrier écrit en allemand et les geôles de ces deux pays se remplissant jour après jour de prisonniers politiques, il va sérieusement falloir penser à apprendre cette langue…

Ci-dessous, l'adresse de Wolfgang Fröhlich :


Wolfgang Fröhlich
H. Nr. 46484
JA Stein
Steiner Landstrasse 4
A-3504 KREMS/STEIN
Autriche

User avatar
phdnm
Valuable asset
Valuable asset
Posts: 3222
Joined: Tue Jun 05, 2012 12:11 pm

Re: La persécution de Wolfgang Frölich

Postby phdnm » 1 year 7 months ago (Wed Mar 14, 2018 12:52 pm)

Le procès politique de Wolfgang Fröhlich débute le 26 mars 2018 à Krems, en Autriche


14 mars 2018

La justice autrichienne veut que Wolfgang Froehlich, 68 ans, soit déclaré fou parce qu'il continue à soutenir son rapport technique d'expert contestant l'existence des chambres à gaz homicides de Zyklon-B, et un certain Dietmar Juenger insiste sur le fait que l'insistance de Froehlich pour que ses thèses soient soumises à des tests médico-légaux est le produit d'un esprit fou.

Une lettre de Wolfgang Fröhlich de l'été 2016

Retour en arrière

Tout a commencé en 2003. Wolfgang Fröhlich est arrêté à Vienne

Le samedi 21 juin, l'ingénieur chimiste diplômé Wolfgang Fröhlich, 52 ans, a été arrêté à Vienne (Autriche) et envoyé en prison.

Son avocat de la défense est le Dr Herbert Schaller. Le procès pourrait durer deux jours (désir du procureur) ou une, deux ou même trois semaines (vœu de la défense).

Pendant sept ans, W. Fröhlich a envoyé à des magistrats, aux membres du Parlement et à des milliers de politiciens et à des journaux des documents dans lesquels il déclarait que les prétendues chambres à gaz nazies étaient un MENSONGE (son mot). Étonnamment, il n'a pas eu de vrais ennuis.

Puis, il y a deux ans, en 2001, lorsqu'il a publié un livre de 368 pages intitulé Die Gaskammer Lüge, son arrestation a été décidée, mais il s'est caché. Il semble que la police n'ait pas sérieusement essayé de l'attraper.

L'arrestation de Wolfgang Fröhlich le 21 juin est peut-être liée aux déclarations de Rudolph Giuliani, l'ancien maire de New York. Le 19 juin, lors de la Conférence sur l'antisémitisme à Vienne, organisée par l'OCDE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe), R. Giuliani a déclaré qu'il fallait mettre un terme au révisionnisme.

La veille de sa parution dans le New York Times, il avait publié un article intitulé "Comment l'Europe peut arrêter la haine", dans lequel il disait à propos des représentants des États européens : " ... Il est essentiel de s'assurer que leurs citoyens comprennent honnêtement l'Holocauste, car les points de vue révisionnistes nous exposent au risque d'une répétition du génocide fondé sur la race."

Le 16 juin, le président G. W. Bush avait à deux reprises critiqué "les historiens révisionnistes" pour les doutes qu'ils exprimaient sur la version officielle de sa guerre contre l'Irak. D'une certaine manière, Ernst Zündel et Wolfgang Fröhlich pourraient être les premières victimes révisionnistes de Bush et de sa cabale juive (de "Cabala"). NB : le 17 juin, Le Monde avait publié en première page un article ironique intitulé : "Saddam était mauvais, il avait donc des armes prohibées". Au Monde, j'envoyai une lettre d'une phrase pour publication : "Hitler était mauvais, il avait donc des chambres à gaz et des camionnettes à gaz". Mais ma lettre n'a pas été publiée. En 1944-1945, le président F. D. Roosevelt a été manipulé par Henry Morgenthau Junior et a créé la Commission des réfugiés de guerre (War Refugee Board - WRB), qui a fabriqué ses fameux rapports sur les camps d'extermination allemands -- Auschwitz et Birkenau. En 2001-2002, le président G. W. M. Bush a été manipulé par Paul Wolfowitz et a créé le Bureau des plans spéciaux (OSP), qui a fabriqué le même genre de rapports sur les armes de destruction massive irakiennes. Mensonges similaires, menteurs semblables, bénéficiaires similaires, victimes similaires. Il semble qu'un certain révisionnisme soit nécessaire.

Robert Faurisson, 24 juin 2003

Extrait de la page 19 de ce document.

Herrn Wolfgang Frölich
JA-Stein H. Nr. 46484
Steiner Landstrasse 4
3504 Krems/Stein
AUTRICHE



Sources :

http://ungraindesable.the-savoisien.com ... 2018_2.pdf

http://www.toben.biz/2018/03/einladung/


http://ungraindesable.the-savoisien.com ... n-Autriche

User avatar
phdnm
Valuable asset
Valuable asset
Posts: 3222
Joined: Tue Jun 05, 2012 12:11 pm

Re: La persécution de Wolfgang Frölich

Postby phdnm » 1 year 1 week ago (Sat Oct 13, 2018 7:17 am)

Des nouvelles de Wolfgang Fröhlich



Qui se souvient qu’un nouveau procès le concernant avait commencé dans la plus grande discrétion le 26 mars 2018 à Krems (Autriche). En effet, comment pouvait-on justifier devant une opinion publique qui commence enfin à se réveiller le sort de Wolfgang Fröhlich, incarcéré depuis 15 ans pour « crime de la pensée » ?

La justice autrichienne voulait que Wolfgang Fröhlich, 67 ans, ingénieur chimiste dipômé, soit déclaré incapable de discernement parce qu'il continue à soutenir son rapport technique d'expert contestant l'existence de chambres à gaz homicides, et l’accusation considère que son insistance à vouloir soumettre ses thèses à des expertises médico-légales est le produit d'un esprit dérangé.

Depuis 1995 environ, Wolfgang Fröhlich a envoyé à des magistrats, aux membres du Parlement autrichien et à des milliers de politiciens et à des journaux des documents dans lesquels il déclarait que les prétendues chambres à gaz nazies étaient un MENSONGE (son mot). Etonnamment, il n'a pas eu alors de véritables ennuis.

Puis, en 2001, lorsqu'il a publié un livre de 368 pages intitulé Die Gaskammer Lüge, son arrestation a été décidée, mais il s'est soustrait aux recherches. Il semble que la police n'avait alors pas manifesté un grand zèle pour le retrouver.

L'arrestation de Wolfgang Fröhlich le 21 juin 2003 est peut-être liée aux déclarations de Rudolph Giuliani, l'ancien maire de New York. Le 19 juin, lors de la Conférence sur l'antisémitisme à Vienne, organisée par l'OCDE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe), Giuliani a déclaré qu'il fallait mettre un terme au révisionnisme.Giuliani avait publié dans le « New York Times », un article intitulé « Comment l'Europe peut arrêter la haine », dans lequel il disait à propos des dirigeants européens : « Il est essentiel de s'assurer que leurs citoyens comprennent que l'Holocauste est une réalité, car les points de vue révisionnistes nous exposent au risque d'une répétition d’un génocide provoqué par le racisme. »

Le 16 juin 2003, le président G. W. Bush avait à deux reprises critiqué « les historiens révisionnistes » pour les doutes qu'ils exprimaient sur la version officielle de sa guerre contre l'Irak.

L’Histoire avait plus tard rendu justice à ces « historiens révisionnistes » en reconnaissant que les allégations de G. W. Bush n’étaient que de la propagande de guerre.

Or, 15 ans plus tard (période pendant laquelle Wolfgang Fröhlich est resté incarcéré), la Cour suprême autrichienne (OGH) a partiellement annulé le jugement du tribunal régional de Krems qui l’avait condamné en mars 2018 à quatre ans de prison et à exécuter cette peine dans un établissement spécial pour les détenus souffrant de troubles psychiques.

La Cour suprême a annulé le verdict sur la question complémentaire de l'incapacité de discernement suivant en cela l’appel formulé par la défense. L’accusation reprochait à Wolfgang Fröhlich d’avoir écrit depuis la prison de Stein où il est incarcéré des lettres adressées au ministre de la Justice et aux parlementaires pour se plaindre de son sort. Il avait de même adressé des observations aux tribunaux et aux procureurs. Dans la question complémentaire, à la différence de l’avis des psychiatres, le jury a voté par sept voix contre une en faveur de l’accusé sur la question de sa capacité de discernement. La Cour suprême autrichienne a relevé la contradiction entre l’expertise psychiatrique et l’avis de jurés non professionnels. La question complémentaire quant à sa santé mentale et à ses conditions d’incarcération doit maintenant être jugée à nouveau par le tribunal régional de Krems mais, de toute manière, Wolfgang Fröhlich est condamné à rester en prison pour ces quatre prochaines années…

https://www.noen.at/krems/krems-ogh-hob-urteil-gegen-holocaust-leugner-teilweise-auf-justiz-nationalsozialismus-niederoesterreich-wien-118775928#


[Qui, un jour, rendra justice à Wolfgang Fröhlich, victime d’un crime judiciaire perpétré « légalement » dans un Etat de droit membre de l’Union européenne ?]


Wolfgang Fröhlich a besoin de votre soutien !

Wolfgang Frölich
JA-Stein H. Nr. 46484
Steiner Landstrasse 4
A-3504 Krems/Stein
AUTRICHE


Source : BOCAGE-INFO - Dépêche No 153/2018

User avatar
phdnm
Valuable asset
Valuable asset
Posts: 3222
Joined: Tue Jun 05, 2012 12:11 pm

Re: La persécution de Wolfgang Frölich

Postby phdnm » 9 months 1 day ago (Sun Jan 20, 2019 11:37 pm)

Wolfgang Fröhlich donne de ses nouvelles



On se souvient que Wolfgang Fröhlich est incarcéré depuis 15 ans dans une prison autrichienne pour « crime de la pensée ». Cet ingénieur chimiste diplômé avait apporté son expertise de professionnel dans le cadre de plusieurs procès intentés à des révisionnistes qui avaient mis en doute l’existence des chambres à gaz homicides. Wolfgang Fröhlich avait comparu en qualité de témoin de la défense lors du procès en première instance de l’historien révisionniste Jürgen Graf à Baden (canton d’Argovie) le 16 juillet 1998.

Voici un extrait du compte rendu de ce procès.

Wolfgang Fröhlich se présenta brièvement : spécialisé dans la technique de fabrication et d’application des gaz toxiques, il a réalisé d’innombrables gazages pour la destruction de la vermine et de certains germes pathogènes.

Après avoir attiré son attention sur le fait que les dépositions mensongères sont passibles de poursuites pénales, avec peine d’emprisonnement à la clé, la présidente du Tribunal, Andrea Staubli, lui demanda si les écrits de Jürgen Graf avaient, à son avis, un caractère scientifique.

Le témoin répondit que, n’étant pas historien, il n’était pas en mesure de juger le contenu historique des ouvrages de Jürgen Graf. En revanche, ses déclarations quant aux aspects techniques des prétendues méthodes d’extermination de masse par l’emploi de gaz toxique étaient absolument recevables.

Par cette déclaration faite sous serment, le témoin Wolfgang Fröhlich confirma que, techniquement, les gazages homicides au Zyklon B sont impossibles à réaliser.

C’est alors que le procureur Dominik Aufdenblatten intervint pour prier la présidente de faire encore une fois remarquer au témoin qu’il avait l’obligation de déposer conformément à la vérité, ce qu’elle fit.

Après cet avertissement, le procureur Dominik Aufdenblatten posa au témoin Fröhlich les questions suivantes :

Le procureur. — Des gazages en masse au moyen du Zyklon B étaient-ils, à
votre avis, techniquement possibles ?

Wolfgang Fröhlich. — Non.

Le procureur. — Pourquoi pas ?

Wolfgang Fröhlich. — Le Zyklon B se présente comme une substance granuleuse imbibée d’acide cyanhydrique adsorbé. Ce dernier est libéré au contact de l’air. Le point d’ébullition de l’acide cyanhydrique est de 27,5° C. Plus élevée est la température ambiante, plus rapide sera la vitesse d’évaporation. Les chambres d’épouillage, où le Zyklon B était utilisé dans les camps de concentration et ailleurs aussi étaient chauffées à 30° C ou davantage, de sorte que l’acide cyanhydrique quittait rapidement les granulés porteurs du gaz. Par contre, dans les morgues à moitié souterraines des crématoires d’Auschwitz-Birkenau où les cadavres étaient déposés, et où, selon les déclarations des témoins oculaires, auraient eu lieu des assassinats massifs au gaz Zyklon B, les températures étaient beaucoup trop basses. Même en tenant compte d’un réchauffement des locaux par la température corporelle des hypothétiques occupants, la température ambiante n’aurait pas pu dépasser 15° C, y compris pendant la saison chaude. Plusieurs heures se seraient écoulées avant que l’acide cyanhydrique ne soit évaporé. Aux dires des témoins oculaires, la mort des victimes se produisait très rapidement : des témoins mentionnent des durées allant de « immédiatement » jusqu’à « 15 minutes ». Pour arriver à tuer des occupants de la « chambre à gaz » en un temps aussi court, les Allemands auraient dû utiliser des quantités de Zyklon B très importantes, de l’ordre de 40 à 50 kg par processus de gazage. Ceci aurait rendu tout travail dans la chambre à gaz absolument impossible. Les préposés des équipes spéciales qui, selon les témoins, étaient chargés de vider ces locaux, se seraient effondrés aussitôt entrés, même s’ils avaient porté un masque à gaz. Par les portes ouvertes, d’énormes quantités de gaz toxique se seraient répandues à l’air libre, contaminant ainsi tout le camp.

Après cet exposé scientifiquement correct, le public présent dans la salle ne put retenir ses applaudissements.

Quant au procureur Aufdenblatten, il fit la réquisition suivante : « J’invite ici le Tribunal à porter plainte contre vous (Wolfgang Fröhlich) pour discrimination raciale et pour violation de l’article 261 bis ; sinon, je le ferai moi-même. »

C’est alors que Me Jürg Stehrenberger, avocat de Gerhard Förster, se leva pour informer la cour que, confronté à cette insupportable entrave à l’exercice de son mandat de défenseur, il souhaitait réfléchir afin de savoir s’il ne convenait pas qu’il renonce à défendre son client.

Accompagné de Me Urs Oswald, avocat de Jürgen Graf, il quitta la salle quelques instants. Une fois de retour, les deux avocats déclarèrent qu’ils protestaient avec la dernière rigueur contre le procédé du représentant du Ministère public, mais qu’ils allaient néanmoins continuer à s’acquitter de leur devoir. Une telle décision, lourde de conséquences, ne correspondait pas aux vœux des accusés, car ni Jürgen Graf, ni Gerhard Förster ne souhaitaient la démission de leurs avocats respectifs. Dans le cas de figure le plus favorable, un tel retrait aurait eu pour conséquence une remise d’audience de quelques mois, et l’imposition probable aux accusés de défenseurs commis d’office. Or, ces derniers pourraient se laisser complaisamment mener par le ministère public et, de fait, jouer le rôle d’un second accusateur, comme c’était le cas dans les procès politiques en URSS.

En exigeant qu’une plainte soit déposée contre le témoin Wolfgang Fröhlich, le représentant du ministère public, Dominik Aufdenblatten, a rempli par sa réquisition les éléments constitutifs d’une infraction qualifiée d’intimidation de témoin.

Relevons qu’un autre témoin venu exprès de France et présent dans la salle, le professeur Robert Faurisson, s’est vu interdire de déposer par le Tribunal, pour le motif qu’ayant déjà été condamné pour révisionnisme, son témoignage serait irrecevable.

Un juge d’instruction du canton de Fribourg, Jean-Pierre Schroeter, confronté à une affaire similaire, constatait, dans une lettre du 21 octobre 1997 : « D’ailleurs Monsieur Ramuz, qui a enseigné la chimie durant de nombreuses années à l’Université de Fribourg, n’a pas contesté les analyses scientifiques de Germar Rudolf. Cet avis rejoint ceux qui ont déjà été exprimés à ce sujet ».

L’ingénieur chimiste Rudolf, dans un rapport d’expertise de 115 pages sur la formation et le contrôle de la présence de composés cyanurés dans les « chambres à gaz » d’Auschwitz arrive aux mêmes conclusions que l’ingénieur chimiste Wolfgang Fröhlich, que l’ingénieur américain Fred Leuchter, un spécialiste des chambres à gaz, que l’ingénieur Walter Lüftl, président de la Chambre syndicale des ingénieurs autrichiens, et que l’Institut d’expertise judiciaire Jan Sehn de Cracovie.

Source : Deux procès politiques au scanner, Editions de Cassandra, 2009, pages 13-16. Case postale 141 CH-3960 Sierre (Suisse)


Voilà qui explique pourquoi Wolfgang Fröhlich, âgé de 68 ans, est toujours incarcéré. Une fois libre, il pourrait obtenir la mise en accusation de ses juges en se référant à une récente jurisprudence de la Cour européenne des Droits de l’homme (CEDH), selon laquelle le « négationnisme » n’est pas, en soi, un discours prohibé, et que nier un fait historique ne sort pas des limites acceptables de la liberté d’expression, sous réserve de ne pas inciter à la violence, à la haine ou à l’intolérance.


Voici pour conclure un extrait de la lettre que Wolfgang Fröhlich a envoyé à ses correspondants en date du 11 janvier 2019 depuis la prison de Krems où il est à nouveau incarcéré :

« Vous avez probablement appris mon transfert à la prison de Krems [après un 6e jugement qui a condamné Wolfgang Fröhlich à une peine supplémentaire de 4 ans de prison ferme en mars 2018 et après un long séjour à l’hôpital]. Outre le fait que la procédure était illégale, ce transfert est un autre crime : je suis privé de l'aide médicale dont j'ai besoin vu mon état de santé. J'ai déjà eu deux crises cardiaques et j’ai dû subir trois pontages coronariens. J'ai récemment eu une nouvelle alerte, mais les médecins et les infirmières de l'hôpital de Krems, qui connaissent bien mes problèmes cardiaques, les ont rapidement et habilement maîtrisés.

A l'hôpital de Krems, on m'a dit que mon cœur était très malade et que je risquais de ne pas pouvoir surmonter une troisième crise cardiaque. La justice connaît évidemment mes problèmes de santé et, bien sûr, elle sait que dans de tels cas, chaque seconde compte ! Or, une assistance rapide et vitale n'est garantie que dans un hôpital. C’est la raison pour laquelle j’étais hospitalisé à l’hôpital de Krems. J’y étais même autorisé à effectuer quelques activités utiles au service. Des membres du personnel de l'hôpital, ainsi que du personnel pénitentiaire, ont été inculpés pour avoir permis cela. Ces employés avaient trop bien compris pourquoi j’étais incarcéré…

J’estime qu’il s’agit là d’une forme d’assassinat judiciaire ! Tout le monde sait que dans une prison « normale », aucune aide médicale rapide n'est possible pour des raisons d'organisation.

Ces agissements sont l'expression de la panique qui s'est répandue dans les milieux de la justice autrichienne ! On dit que mon cas va « secouer la République ! »

Comme on le sait, ces messieurs n'ont peur d'aucun crime. Cela ne me surprendrait pas s'ils mettaient en scène un acte violent afin de m’en accuser. Ils n’ont plus d’autres moyens pour éviter une mise en accusation pour déni de droit.

Les juges doivent aussi respecter la loi et ignorer les décisions manifestement erronées de la Cour suprême ! Dans la loi me concernant (JAB §3h), il est clairement indiqué : « La liberté de la recherche scientifique est garantie ! »

Je vous salue chaleureusement et je vous remercie pour votre soutien.

Salutations à tous les amis de la vérité et de la décence dans le belle Carinthie. J'espère que je pourrais revoir vivant la beauté de ma patrie ! »


Dipl.-Ing. Wolfgang Fröhlich, PF 17, Kasernstrasse 9, A-3500 Krems, Austria


https://germanica-imperii.blog/2019/01/19/dipl-ing-wolfgang-froehlich-politischer-gefangener/


BOCAGE-INFO - Dépêche No 008/2019

User avatar
phdnm
Valuable asset
Valuable asset
Posts: 3222
Joined: Tue Jun 05, 2012 12:11 pm

Re: La persécution de Wolfgang Frölich

Postby phdnm » 7 months 2 weeks ago (Tue Mar 05, 2019 12:05 am)

Wolfgang Fröhlich est libre !


4 mars 2019

BOCAGE-INFO avait annoncé la tenue d’un nouveau procès à Krems (Autriche) qui devait statuer sur sa capacité de discernement. Le journal autrichien « Kleine Zeitung » a confirmé dans son édition du 4 mars 2019 que Wolfgang Fröhlich avait été libéré séance tenante après 15 ans d’incarcération suite à l’audience du même jour qui devait statuer sur son sort.

Selon le jury, l’accusé n'est pas responsable de ses actes, un artifice de procédure qui permet à la cour de faire l’impasse sur les incroyables forfaitures de la justice autrichienne.

Le tribunal a rejeté la demande du Ministère public qui avait demandé l’internement du condamné dans un établissement pour délinquants souffrant de troubles psychiques. Le jugement n'est pas définitif : en effet, quelques mois après le procès de mars 2018 où il avait été condamné à 4 ans de prison, Wolfgang Fröhlich avait envoyé une lettre au chancelier Sebastian Kurz (ÖVP) et il avait déposé en date du 14 février 2019 une plainte pénale adressée au procureur en charge des affaires de corruption. Précisons encore que Wolfgang Fröhlich a produit à l’audience 17 classeurs de lettres de soutien…

Le moment viendra d’analyser les raisons qui ont conduit à ce résultat inespéré et d’en tirer les conséquences : pour l’instant c’est le fait qu’il soit libre qui compte avant tout. Nous vous tiendrons au courant dès que possible quant à la manière de lui venir en aide en fonction de sa nouvelle situation.

Toutes nos félicitations à Wolfgang Fröhlich pour ce dénouement heureux qui lui permettra de revoir vivant les beautés de sa Carinthie (sa lettre du 11 janvier 2019)…

BOCAGE-INFO - Dépêche No 038/2019

User avatar
phdnm
Valuable asset
Valuable asset
Posts: 3222
Joined: Tue Jun 05, 2012 12:11 pm

Re: La persécution de Wolfgang Frölich

Postby phdnm » 7 months 9 hours ago (Sat Mar 23, 2019 2:24 pm)

Wolfgang Fröhlich est libre !


(complément à la dépêche No 038/19)

Wolfgang Fröhlich est cet ingénieur chimiste autrichien qui n’a cessé, malgré une répression de plus en plus violente exercée à son encontre par le régime en place, de militer pour montrer combien la thèse officielle d’après laquelle plus de trois millions de juifs ont été tués durant la guerre dans des chambres ou camions à gaz, est techniquement insoutenable.

Il est coupable du seul délit d’avoir contrevenu à une censure qui, dans des démocraties comme l’Autriche, l’Allemagne ou la France, interdit au mépris de la liberté d’opinion et de la recherche scientifique d’exprimer publiquement sur certaines données historiques relatives à la période 1933-1945 une opinion non conforme à l’enseignement officiel.

Pour avoir contrevenu à cette censure Wolfgang Fröhlich a passé près de 15 ans dans une cellule, dont 11 ans et 6 mois sans interruption depuis septembre 2007.

La décision de libération relatée comme suit par la Kronen Zeitung, n’est pas encore définitive car le Parquet a fait appel. Elle n’en est pas moins surprenante.

Car il faut savoir que Fröhlich a été l’objet de cinq procès au terme desquels il a été systématiquement condamné pour infraction aux prescriptions de l’article 1, alinéa 3h du Verbotsgesetz, (loi d’interdiction), une loi en son genre unique au monde, et pour laquelle il n’est pas nécessaire d’expliquer aux Autrichiens de quelle interdiction il s’agit : que dit en effet l’article 1 alinéa 3h dont n’a cessé d’être victime Wolfgang Fröhlich : « Seront punis des peines prévues par l’alinéa 3g [5 à 10 ans d’emprisonnement, et jusqu’à 20 ans si le délinquant est tenu pour particulièrement dangereux (sic)] quiconque – par imprimé, radio, autre support médiatique ou tout autre moyen lui permettant d’accéder à un public nombreux – nie, minimise grossièrement, approuve ou cherche à justifier le génocide ou d’autres crimes nationaux-socialistes contre l’humanité ». On notera que dans l’article publié par le journal Kronen Zeitung le nom de Wolfgang Frölich n’est jamais mentionné.

------------

Un procès pour infraction à la loi dite d’interdiction
(Verbotsgesetz-Prozess)
Libération d’un négateur de l’Holocauste âgé de 67 ans

Coup de théâtre dans le procès intenté à un négateur de l’Holocauste pour infraction à « la loi d’interdiction »

Le lundi 4 mars 2019 le Tribunal de grande instance de Krems a rejeté la requête du procureur réclamant l’internement d’un homme âgé de 67 ans dans un établissement spécialisé pour délinquants intellectuellement déficients. Les jurés avaient préalablement décidé à l’unanimité que l’homme n’était pas « capable de discernement ».

Selon la présidente du Tribunal les conditions exigées par la loi pour ce genre d’internement n’étaient pas réunies. D’ailleurs les délits à craindre pouvant être commis par l’inculpé ne constitueraient pas des actes dont les conséquences seraient suffisamment graves pour être pénalement sanctionnés.

Le procureur a toutefois annoncé qu’il portait plainte en nullité contre cette décision avec constitution d’appel. Le jugement n’est donc pas définitivement exécutoire. « J’espère ne plus avoir à vous revoir » a ajouté la présidente au sexagénaire qui n’en a pas moins été immédiatement libéré.

L’inculpé avait envoyé de la maison d’arrêt où il était incarcéré des écrits dans lesquels il contestait l’existence de chambres à gaz durant la période national-socialiste. Mais parce que la cour suprême (OGH) avait annulé partiellement la nouvelle condamnation prononcée pour cela en mars 2018 avec proposition au Ministère public pour un internement dans une maison spécialisée pour aliénés, un nouveau tribunal allait devoir se prononcer à nouveau sur la responsabilité mentale du condamné.

En effet, cet homme de 67 ans avait déjà été condamné à cinq reprises de 2003 à 2016 pour infractions à l’article 1, alinéa 3h de la loi autrichienne dite « d’interdiction » (Verbotsgestz).

Cet ancien conseiller du district de Vienne, d’ailleurs exclu du parti FPÖ en 1994, se référait en effet sans cesse dans des écrits adressés à partir de sa prison à une foule de destinataires aux rapports d’expertise qu’il avait rédigés dans les années 1900 et en 2001, rapports selon lesquels des chambres à gaz homicides utilisant le gaz Zyklon-B étaient une absurdité scientifique et n’auraient jamais pu fonctionner. Selon lui on « trainait » depuis des années des enfants au camp de Mauthausen où on leur montrait « de fausses chambres à gaz ».

Il ajoutait qu’il n’avait nullement enfreint « la loi d’interdiction ». Je n’ai, disait-il en effet, jamais nié l’Holocauste, mais seulement rectifié divers faits bien déterminés. Il qualifiait les condamnations dont il avait été l’objet d’abus de pouvoir et soutenait que bien d’autres personnes parlaient à son sujet du « plus grand scandale de justice de la Deuxième République d’Autriche ».

Il proposait en conclusion de signer un engagement solennel selon lequel il ne rédigerait plus à l’avenir de semblables écrits. Et il éviterait autant que possible d’aborder le thème en cause.

-------------------

On se rend compte à cette lecture d’un extrait de la presse autrichienne combien les journalistes sont embarrassés pour expliquer pourquoi on a emprisonné pendant quinze ans un homme dont le seul crime a été de contester des données historiques considérées comme officielles et intangibles.

A la lecture d’articles tels que celui traduit ci-dessus, dont nous avons dû d’ailleurs parfois nous écarter pour le rendre compréhensible, le citoyen autrichien moyen aura bien du mal à comprendre de quoi et de qui il s’agit. Il est vrai que les motifs qui ont conduit la « justice » autrichienne à libérer instantanément un homme qu’elle avait incarcéré pour ses idées pendant près de quinze est difficile à interpréter.

Résumons ce qu’ont été les derniers développements de cette affaire :

En mars 2018 le tribunal régional de Krems avait condamné Fröhlich, déjà incarcéré depuis 11 ans et cinq mois à 4 ans de prison supplémentaire pour avoir à nouveau envoyé à diverses personnalités des documents contestant l’existence des chambres à gaz et où il se plaignait du sort qui lui était réservé.

Les jurés avaient en outre déclaré, contre l’avis « d’experts », que Fröhlich était psychiquement parfaitement responsable de ses actes. Mais paradoxalement ils n’en avaient pas moins fait droit à la demande du Ministère public voulant que le condamné exécute sa peine dans un établissement pour détenus souffrant de troubles psychiques.

Il semble en effet que lorsqu’ils sont confrontés à des opposants irréductibles qui, comme Fröhlich, ne leur cèdent en rien, des régimes dits ou non démocratiques comme celui présent en Autriche ne voient guère comme solution que de les faire passer pour plus ou moins fous et de les traiter en conséquence.

Mais en appel la Cour suprême (OGH) avait annulé partiellement le jugement de mars 2018 en ce qui concerne l’affirmation d’une pleine responsabilité psychique du condamné ; d’où l’obligation pour un nouveau tribunal de statuer sur cette question de responsabilité.

C’est là qu’est arrivée la surprise. Car si le 4 mars 2019 les jurés de ce nouveau tribunal (celui de Krems) ont effectivement décidé que, contrairement à ce qui avait été jugé en mars 2018, Fröhlich n’était psychiquement pas responsable de ses actes, ils ont en outre estimé qu’à supposer qu’il récidive, lesdits actes ne représenteraient pas quelque chose de suffisamment grave ou de suffisamment dangereux pour qu’ils puissent faire l’objet d’une sanction.

Moyennant quoi Fröhlich a été libéré sur le champ, le jour même du jugement, c’est-à-dire le 4 mars au soir !

A ce niveau d’incohérence on devrait crier au scandale. Comment dira-t-on, comment a-t-on pu enfermer un homme comme Fröhlich dans une cellule pendant près de quinze ans pour des actes qui selon la présidente du tribunal elle-même ne méritent pas de sanction ? (Taten, die keine mit Strafe bedrohten Handlungen mit schweren Folgen, darstellen).

Mais c’est ici qu’il faut bien comprendre le double intérêt qu’il y a à déclarer fous les opposants les plus irréductibles. D’une part on déprécie durablement les expertises et documents qui ont été écrits par un Fröhlich déclaré incapable de discernement par des « experts » judicieusement choisis.

D’autre part les déclarations passées ou futures qu’a faites ou fera « un irresponsable » ne sont plus aussi graves qu’on avait pu le supposer pendant les longues années de son incarcération durant lesquelles on avait pris au sérieux, mais à tort, les thèses d’un homme dont on n’avait pas encore pu détecter suffisamment les déficiences mentales.

Tel est le niveau d’injustice et de cynisme auquel « la justice autrichienne » est parvenue.

Espérons que Fröhlich comprendra que son maintien en liberté est lié à son acceptation, au moins tacite, de sa supposée déficience mentale et reconnaissons que cela n’est pas chose aisée.

Rappelons aussi que la haine de certains magistrats en charge de son affaire n’a pas désarmé puisque le Ministère public a fait appel et que donc Wolfgang Fröhlich, dont la santé est par ailleurs déficiente, n’est pas totalement assuré de ne pas devoir finir sa vie dans une cellule.


Vous pouvez exprimer votre soutien à Wolfgang Fröhlich sous la forme qu’il vous conviendra en lui écrivant à l’adresse suivante :

Herrn Dipl. Ing.
Wolfgang Fröhlich
Mauerbachstrasse 37/13
A-1140 WIEN
(AUSTRIA)

BOCAGE-INFO - Dépêche No 051/2019

User avatar
phdnm
Valuable asset
Valuable asset
Posts: 3222
Joined: Tue Jun 05, 2012 12:11 pm

Re: La persécution de Wolfgang Frölich

Postby phdnm » 6 months 2 weeks ago (Fri Apr 05, 2019 7:09 am)

Lettre privée de Wolfgang Fröhlich adressée à une connaissance en date du 25 mars 2019.


Le procureur ayant fait appel contre sa libération, il va de soi que Wolfgang Fröhlich est en droit de se défendre contre cette nouvelle tentative liberticide en faisant valoir à qui de droit les arguments qu’il estime judicieux de présenter pour les besoins de sa cause. Merci d’avance de lui apporter le soutien dont il a besoin pour se défendre.


Dipl.-Ing. Wolfgang Fröhlich
Mauerbachstrasse37/13
A-1140 WIEN (AUSTRIA)

Vienne, le 25 mars 2019

Vous avez sans doute déjà entendu parler de ma libération. Et déjà la rumeur s’est répandue : j'aurais « renoncé » ! C’est bien sûr un non-sens absolu !

Quiconque me connaît sait que cela n'arrivera jamais.

Certes, j’ai dû promettre à la Cour de ne plus communiquer à l’avenir avec les organes de l'Etat, même si, en tant que citoyen, mon devoir est de porter à la connaissance des autorités les dysfonctionnements de l’Etat. Par ailleurs, mes courriers d’information aux organes de l’Etat n’ont jamais été diffusés au sens de la loi autrichienne sur la prohibition [sur la censure], ce que le tribunal de Krems aurait dû tenir pour acquis ! De toute évidence, on veut éviter en haut lieu que les fonctionnaires autrichiens ne discutent de cette affaire, et constatent ainsi que le peuple a été trompé, ce qui fut pendant longtemps mon plan : il n’y a pas que des bureaucrates « idiots » qui siègent dans les administrations. Dans l’ensemble, cette évolution est donc absolument positive. En ce qui me concerne, il y a toutefois une connotation négative : après 25 ans de terrorisme de la part de l’Austro-Stasi, je suis maintenant confronté aux questions épineuses de ma survie économique !

Ma plainte du 14 février 2019 a contribué à mettre fin à mon incarcération politique de manière étonnement soudaine. On m’a rapporté que l’accusation formulée dans la plainte pénale en question aurait pu causer une agitation considérable parmi les « gens crédules » (Gutmenschen). Il faut savoir que j’ai été contraint de garder en réserve cet argument décisif jusqu’à présent parce que j’étais tenu par mes engagements envers mes anciens condisciples juifs de l’Université de technologie de Vienne, qui m’avaient fourni des années durant des soutiens financiers et logistiques. Aujourd’hui, après si longtemps, ils sont hors de portée de la justice politique autrichienne, ce qui rend caduque ma promesse de ne pas les associer à ma cause. Je ne mentionne de toute manière par leurs noms dans ma plainte.

La justice politique n’avait que deux options pour éliminer (temporairement) « le problème Fröhlich ». Une possibilité aurait été de faire examiner mon rapport [sur la question des chambres à gaz] comme le veut le StPO (Code de procédure pénal), ceci conformément à la loi, aux Droits de l'homme, à la Constitution et au droit à la libre recherche scientifique, ou bien, sans attendre 25 ans, de me déclarer irresponsable au moment de l’acte en raison d'un grave trouble de la personnalité (etc.) selon l’article 11 StGB (Code pénal) afin de conclure à une absence de culpabilité.

Conclusion logique : les guérisseurs autoproclamés [les charlatans, les imposteurs] ont donc terrorisé un « fou » et sa famille pendant un quart de siècle, gaspillant ainsi des dizaines de millions de deniers publics ! – Embarrassant ! Très embarrassant !

Apparemment, il était trop tentant d’utiliser ce vieux truc stalinien.

Mais il y avait des difficultés, car il a fallu un total de dix (!) expertises psychiatriques pour obtenir le résultat escompté car il fallait trouver un psychiatre docile vis-à-vis de la justice politique pour fabriquer une expertise de complaisance dans le sens souhaité par l’accusation. N’importe quel psychiatre sérieux aurait bien sûr demandé au préalable si, conformément au Code de procédure pénal (StPO), mes thèses avaient été réfutées par un expert [en génie chimique], au cas où cet expert serait arrivé à la conclusion que mon rapport technique était le fruit d’un esprit délirant !

Salutations distinguées, ainsi qu’à votre famille et à tous ceux qui défendent la vérité comme fondement d’un monde plus juste.

PS : Le procureur de Krems avait déposé une requête qui a été rejetée en vue de me faire interner dans une institution pour délinquants mentaux anormaux, n’a pas eu honte de prétendre, dans son plaidoyer final, que mes agissements étaient aussi dangereux que la propagande de l’Etat islamique !

_____________


[Les personnes qui en feront la demande pourront recevoir une photocopie de la plainte pénale déposée par Wolfgang Fröhlich en date du 14 février 2019 (4 pages A4, texte en allemand), une démarche qui semble avoir joué un rôle décisif dans sa libération surprenante.]

Merci d’avance de lui apporter votre soutien !

BOCAGE-INFO - Dépêche No 63/2019


Return to “Forum Révisionniste en Français”

Who is online

Users browsing this forum: No registered users and 1 guest